Publicité

Bayer serait sur le point de solder une grande partie du dossier Roundup

L'accord autour du Roundup de Monsanto, qui doit encore être signé, s'inscrit dans le plan à 10 milliards de dollars élaboré par Bayer pour mettre fin à cette saga judiciaire. ©REUTERS

Un accord se dessine aux États-Unis entre Bayer, l'acquéreur du Roundup de Monsanto, et 50.000 à 80.000 plaignants sur les 125.000 que comptent le dossier.

Bayer  a conclu un accord "verbal" pour solder les poursuites contre le Roundup de Monsanto dans un grand nombre des 125.000 dossiers ouverts aux États-Unis. Selon des sources proches du dossier, entre 50.000 et 80.000 poursuites sont visées par cet accord qui doit encore être signé. Il s'inscrit dans le plan à 10 milliards de dollars élaboré par Bayer pour mettre fin à cette saga judiciaire héritée du rachat de Monsanto pour 63 milliards de dollars.

Les poursuites pèsent sur le cours de bourse du groupe chimique allemand qui a cédé 40% depuis le rachat de Monsanto en 2018, amputant la capitalisation boursière de quelque 39 milliards de dollars.

"Un règlement de tous les procès aux États-Unis pour la somme de 10 milliards de dollars devrait être un déclencheur majeur pour enrayer la baisse du cours de l'action de Bayer."
Markus Mayer
analyste chez Baader Bank

Aval du conseil

"Un règlement de tous les procès aux États-Unis pour la somme de 10 milliards de dollars devrait être un déclencheur majeur pour enrayer la baisse du cours de l'action de Bayer", déclare Markus Mayer, analyste chez Baader Bank. Les actions de Bayer ont progressé de 4,4% lundi avant le marché, selon Tradegate.

-40%
cours de bourse
Le cours de bourse du groupe chimique allemand Bayer a cédé 40% depuis le rachat de Monsanto en 2018.

Les accords doivent encore être avalisés par le conseil d'administration de Bayer prévu en juin, avancent encore les sources. Les avocats des plaignants auraient, eux, l'intention de signer les accords le jour de l'annonce par l'entreprise.

Pour l'heure, Bayer se refuse à tout commentaire se limitant à indiquer avoir "progressé dans la médiation". "L'entreprise ne veut se prononcer ni sur l'aboutissement d'un accord ni sur le timing. Comme déjà indiqué, la société considérera une solution à ce dossier que si elle est raisonnable sur le plan financier et permet d'éviter de futures potentielles nouvelles plaintes." 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés