Boeing et Apple, premiers clients de Solvay en 2016

©BELGA

La transformation rapide du groupe chimique belge ces dernières années s’illustre avec le changement de profil de ses clients.

"Pendant longtemps, notre principal client a été le fabricant de verre Saint-Gobain. Aujourd’hui, ce sont Boeing et Apple": c’est en comparant le profil de ses anciens et actuels clients que le CEO de Solvay , Jean-Pierre Clamadieu a démontré mardi, devant les actionnaires, à quel point la transformation du groupe chimique belge avait été profonde ces dernières années.

Avec le rachat de l’américain Cytec, Solvay a engagé à l’été 2015 un virage stratégique pour se développer dans les composants innovants à destination de l’aéronautique et de l’automobile notamment, délaissant des activités jugées moins prometteuses comme le PVC. A tel point que la division matériaux avancés devrait bientôt représenter la moitié de la taille du groupe, a fait valoir le CEO lors de l’assemblée générale, qui se tenait au Campus Solvay, le siège du groupe à Bruxelles.

La division matériaux avancés devrait bientôt représenter la moitié de la taille du groupe.

Après les cessions d’Indupa en Amérique latine et de Vinythai en Asie du Sud-Est, Solvay a quasiment achevé sa sortie des plastiques PVC, à l’exception de la Russie (RusVinyl), une implantation plus récente et extrêmement moderne que Solvay préfère conserver pour l’instant.

Grâce à l’acquisition de Cytec, Solvay est devenu un grand fournisseur de composites pour l’industrie aéronautique aux USA, pour Boeing (avec le 777X) et Lockheed Martin (pour le F-35). En Europe, il est présent sur le moteur Leap de CFM international (pour les ailettes des turbines). Un moteur qui est également celui du Comac C919, l’avion chinois rival d’Airbus et Boeing. Solvay fournit par ailleurs d’autres matériaux sur l’appareil lui-même.

Autre illustration de l’évolution des métiers du groupe, Solvay a lancé récemment une nouvelle activité de polymères pour les prothèses dentaires. Cette solution vise à remplacer le métal dans les prothèses partielles amovibles, ce qui devrait permettre aux dentistes de travailler plus rapidement.

L’assemblée a approuvé le dividende proposé pour l’exercice 2016, à savoir 3,45 euros brut par action, en hausse de 4,5%. Elle a également entériné la nomination comme administrateur d’Agnès Lemarchand (ex-Lafarge et Rhône-Poulenc notamment) et renouvelé les mandats de 7 administrateurs actuels. En 2018, Yves-Tibault de Silguy, qui fut commissaire européen dans les années nonante, quittera le Conseil d’administration, ayant atteint la limite d’âge.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés