DowDuPont, la fusion à 130 milliards de dollars

©Reuters

Les deux géants américains de la chimie annoncent officiellement leur fusion. L'union donne naissance à un géant à la capitalisation dépassant les 130 milliards de dollars.

Dupont et Dow Chemical annoncent leur fusion. Cette union va créer un géant, avec des activités allant des pesticides aux OGM en passant par l'isolant thermique Styrofoam et la fibre synthétique Kevlar, utilisée dans la fabrication de gilets pare-balles.

Le nom de la société ainsi créée sera DowDuPont, celle-ci sera ensuite scindée en 3 entités indépendants, cotées en Bourse séparément (une pour l'agriculture, une pour la chimie de spécialité, une pour la science des matériaux).

 

Here's a visual breakdown of the #DowDuPont deal. The two firms will merge, then split into 3 independent companies pic.twitter.com/7Vy04yS7xW— Alex McGuire (@AlexMcGuire92) 11 Décembre 2015

 

Avec cette opération, Dow et DuPont espèrent répondre à la chute des prix des matières premières et au ralentissement de grandes économies émergentes (Chine et Brésil) qui ont entamé la rentabilité du secteur.

L'action DuPont  perd 4% à 71,60 dollars en avant-Bourse à Wall Street. Le titre Dow  prend 1,6% à 55,77 dollars.

→ Consultez le communiqué ici.

Une fusion entre égaux

Il s'agit d'une fusion entre égaux. Les actionnaires des deux groupes se partageront à peu près à égalité la nouvelle entreprise: les actionnaires de Dow recevront pour chaque unité 1 titre de la nouvelle entreprise et ceux de DuPont 1,282 titre. 

Andrew Liveris, actuel PDG de Dow, sera le président exécutif, tandis qu'Edward D. Breen, patron de DuPont, sera le CEO de la nouvelle entreprise.

Licenciements à la clé

Les synergies de l'opération, finalisée normalement avant fin 2016, devraient permettre de générer 3 milliards de dollars d'économies. Les entreprises visent également des synergies de croissance de l'ordre de 1 milliard de dollars.

Dans la foulée de cette fusion, DuPont a annoncé la suppression de 10% de ses effectifs.

L'entreprise, qui employait environ 54.000 personnes fin 2014, prévoit de passer à l'occasion une provision de 780 millions de dollars, dont 650 millions dédiés aux coûts de licenciements et 130 millions liés à des charges sur des actifs et des fins de contrats, précise un communiqué du groupe.

Présence des 2 entreprises actuelles en Belgique

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés