Enzybel Pharma veut s'imposer sur le marché de la pancréatine

©Enzybel

La filale de Floridienne prend une participation dans un producteur italien d’enzymes animales. Objectif: s’imposer sur le marché prometteur de la pancréatine.

Enzybel, la filiale de Floridienne spécialisée dans la production d’enzymes naturelles, poursuit sa stratégie de croissance: sa division pharma a annoncé avoir signé un accord de partenariat avec Terhormon, un producteur italien d’enzymes animales, dans lequel la société belge a pris une participation minoritaire. Objectif: s’imposer sur le marché prometteur de la pancréatine.

La pancréatine est un extrait d’enzymes du pancréas du cochon, qui est génétiquement proche de l’homme. La pharmacie représente les deux tiers du marché mondial (3.000 tonnes par an) de cette substance organique, qui est estimé à 3,5 milliards de dollars pour les USA, l’Europe et la Russie.

De grandes sociétés vendent des médicaments à partir de pancréatine, qui reste un des rares extraits naturels à avoir le statut de médicament. Il s’agit d’un marché réparti à 35% sur l’Asie-Pacifique, 25% pour les USA et moins de 20% pour l’Europe. On observe un grand développement en Russie.

La pancréatine intéresse grandement Enzybel Pharma, qui est spécialisée dans les enzymes d’origine animale. Créée en 2017, cette jeune division semble promise à un bel avenir au sein du groupe Enzybel: son chiffre d’affaires a été multiplié par 7 et se situe aujourd’hui "entre 5 et 10 millions d’euros", selon Christian Van Osselaer, le CEO d’Enzybel, qui précise qu’elle "a fait du profit dès sa création".

"Nous avons commencé notre activité dans ce segment en nous positionnant comme traders, notamment avec Terhormon pour la pancréatine", détaille encore Christian Van Osselaer. "Mais nous souhaitons être des industriels produisant nos produits phares, notre core business. Nous avons voulu nous rapprocher d’eux en créant des synergies entre les différents groupes. Les gens de Terhomon apportent leur capacité de production et leur expérience. Ils ont toutes les certifications pharma et une grande expertise. Avec ses 20 millions de chiffre d’affaires, Enzybel apporte de son côté sa force de frappe de vente et de marketing, ses compétences et sa R&D."

Enzybel détient déjà 10% du marché, mais souhaite le développer, avec une demande qui augmente. "On veut doubler la capacité", ajoute Christian Van Osselaer. "Enzybel Pharma veut pousser une qualité fiable européenne." Les producteurs de pancréatine sont en effet aujourd’hui aux Etats-Unis et en Chine, mais peu présents en Europe. "Notre site de Villers-le-Bouillet investit pour des capacités de mélange. Nous comptons développer à partir de l’année prochaine des formules à partir de ces enzymes, pour l’agroalimentaire. Il y aura certainement un impact dans la région. Nous devrons recruter."

Enzybel ambitionne de devenir la référence mondiale pour les enzymes issues de plantes ou d’animaux, un marché de niche différent des enzymes industrielles produites par fermentation. L’entreprise s’est construite en grande partie par croissance externe afin d’atteindre une taille critique. Elle est présente sur trois sites en Belgique (Villers-le-Bouillet, Hamme et Waterloo, plus le QG à Bruxelles) avec environ une trentaine d’employés, sur un total d’une centaine pour l’ensemble du groupe. Enzybel avait annoncé fin août la création d’une coentreprise en Inde spécialisée dans la production de papaïne, l’enzyme issue de la papaye.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content