Enzybel veut devenir leader des enzymes naturelles

©Enzybel

La filiale de Floridienne spécialisée dans la production d’enzymes d’origine végétale et animale crée une joint-venture en Inde. L’objectif est de sécuriser encore plus l’approvisionnement en papaïne pour rassurer les clients utilisateurs, mais aussi de développer de nouvelles applications en Asie.

Enzybel, une entreprise belge spécialisée dans la production d’enzymes naturelles, poursuit son développement à l’international. La société, filiale du groupe Floridienne, vient d’annoncer la création d’une co-entreprise en Inde avec un partenaire local, Phytozymes. Une joint-venture qui doit permettre à la fois à Enzybel de pérenniser sa production de papaïne, l’enzyme issue de la papaye, mais aussi de développer ses exportations dans l’ensemble de la région asiatique.

©Enzybel

Le marché des enzymes – des protéines agissant en catalyseurs biologiques – est évalué à 7 ou 8 milliards de dollars, avec quelques grands acteurs comme le danois Novozymes ou l’américain DuPont. Il s’agit, dans la grande majorité, d’enzymes industrielles produites par fermentation. Il existe néanmoins un petit créneau, les enzymes issues de plantes ou d’animaux. "On se fait fort de devenir la référence dans le monde pour toutes ces enzymes-là, explique Christian Van Osselaer, le CEO d’Enzybel. Aujourd’hui, dans cette niche, nous sommes déjà le producteur qui a le portefeuille le plus large de produits, dont le plus important est la papaïne, pour lesquels nous avons environ 65% du marché mondial", poursuit le dirigeant.

"Aujourd’hui, dans cette niche, nous sommes déjà le producteur qui a le portefeuille le plus large de produits, dont le plus important est la papaïne."
Christian Van Osselaer
CEO d’Enzybel

En Indonésie, une joint-venture d'Enzybel tire une enzyme de la tige de l'ananas. ©Enzybel

Les enzymes d’origine végétale et animale d’Enzybel sont utilisées dans l’alimentaire, la pharmacie et les alicaments. L’entreprise est présente sur trois sites en Belgique (Villers-le-Bouillet, Hamme et Waterloo, plus le QG à Bruxelles) avec environ une trentaine d’employés, sur un total d’une centaine pour l’ensemble du groupe. Elle possède déjà des filiales à l’étranger pour la commercialisation de ses produits, ainsi qu’une joint-venture en Indonésie, pour la production de la bromélaïne, l’enzyme tirée de la tige de l’ananas, ainsi qu’un autre partenariat au Congo, pour l’approvisionnement des matières premières pour la papaïne.

Dans l’ex-Zaïre, Enzybel travaille avec des milliers de planteurs dans la région du nord Kivu. "Un partenariat qui apporte à ces populations des revenus importants dans cette zone compliquée du Congo", précise encore Christian Van Osselaer.

Bénéficiaire, Enzybel devrait réaliser un chiffre d’affaires de 20 millions cette année, 95% des ventes se faisant à l’exportation. Le groupe s’est construit en grande partie par croissance externe afin d’atteindre une taille critique. Ce qui s’est concrétisé ces dernières années par une prise de participation de Floridienne dans Biochem Europe, puis par la reprise complète de cette société et la création d’Enzybel International. Le groupe a également racheté il y a six ans le producteur Blue Star Chemicals (l’actuel site de Hamme). Selon le CEO, "cette taille nous autorise à faire face aux demandes des clients internationaux, qui sont devenus de plus en plus grands et de plus en plus difficiles dans leurs attentes; cela permet également d’investir dans la R&D et dans le marketing".

20 millions €
Bénéficiaire, Enzybel devrait réaliser un chiffre d’affaires de 20 millions d’euros cette année.


La nouvelle société indienne, dans laquelle Enzybel est majoritaire, va permettre de sécuriser encore plus l’approvisionnement. "Cette double source va rassurer davantage les utilisateurs et leur montrer que nous sommes prêts à monter en puissance et à suivre le développement des nouvelles applications", fait encore valoir Christian Van Osselaer. "Mais nous comptons aussi distribuer les autres produits du groupe. On veut être présent en Asie et jouer un rôle d’industriel et développer des applications pour ces différents pays."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content