La facture du 737 MAX sera de 30 à 40 millions pour Solvay en 2020

Ilham Kadri, CEO de Solvay.

Pour 2020, le groupe chimique belge se montre très prudent en raison des incertitudes liées au coronavirus et à l'arrêt de la production du 737 MAX. L'impact de la crise chez Boeing est évalué à 30 à 40 millions sur l'année en cours.

Solvay a dégagé, à l’issue du 4e trimestre 2019, un chiffre d’affaires net en baisse de 5,2% à 2,44 milliards d'euros et un EBITDA sous-jacent en baisse de 1% à 525 millions. 

Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d'affaires 2019 du groupe chimique belge est resté stable et s'est établi à 10,244 milliards, soutenu par des effets de change de conversion favorables. Sur une base organique, il a reculé de 2,2 %, les prix nets positifs ayant partiellement compensé le recul des volumes. Il y a eu une légère réduction de périmètre d'activité du groupe, qui provient de la cession d’activités résiduelles de carbonate de soude en Egypte en octobre 2018. 

L'EBITDA sous-jacent 2019 est en recul de 0,4% à 2,322 milliards et en baisse organique de 2,8 %, en raison principalement de la baisse des volumes. Le free cash flow des activités poursuivies en 2019 s’est établi à 606 millions, en hausse de 40 millions sur un an.

3,75
euros
Le dividende total recommandé est stable à 3,75 euros brut par action.

Le bénéfice net sous-jacent, pour sa part, a reculé légèrement (-1%) à 1,07 milliard d’euros. Le dividende total recommandé est stable à 3,75 euros brut par action. Cela conduit à un dividende final brut de 2,25 euros, payable le 20 mai 2020, après le paiement de l'acompte sur dividende brut de 1,50 euro en janvier 2020.

Forte demande des composites

Globalement, précise Solvay dans son communiqué, la croissance à deux chiffres du volume dans le segment Composites, la hausse des prix dans celui de Performance Chemicals et l’attention portée à la maîtrise des coûts ont permis d’atténuer la faiblesse de la demande sur les marchés de l'automobile, de l'électronique et du pétrole et du gaz tout au long de l'année. La forte demande de matériaux composites destinés à l’aéronautique a permis de dégager un résultat record malgré le ralentissement anticipé au quatrième trimestre suite à la réduction du rythme de production du 737 MAX.

Pour 2020, Solvay prévoit une croissance organique de l'EBITDA comprise entre 0% et -3% sur un an et un ratio de conversion du free cash-flow de 28%.

Le premier trimestre 2020 est attendu en baisse à un taux qualifié de “high single digits”, suite aux impacts liés à l’arrêt de la production du 737 MAX, au virus Covid-19 et aux difficultés croissantes dans le secteur du pétrole et du gaz. "L’impact des perturbations liées au virus Covid-19 est incertain", précise Solvay, qui évoque un chiffre de 25 millions pour le premier trimestre. Quant aux problèmes engendrés par Boeing, l’impact net, après mesures compensatoires, devrait se situer entre -30 millions et -40 millions. Solvay prévoit un volume de production du 737 MAX de 200 appareils en 2020 contre 582 en 2019. 

Un programme de développement durable

Le groupe belge a, par ailleurs, dévoilé mercredi un nouveau programme de développement durable pour 2030, appelé Solvay One Planet.

Le plan définit dix objectifs ambitieux pour mesurer les progrès du Groupe sur trois piliers clés: le climat, les ressources et la qualité de vie. Pour atteindre ces objectifs, Solvay s'engage à réaffecter les investissements afin de promouvoir le développement durable de son portefeuille, ses activités et lieux de travail. 

Solvay One Planet prévoit notamment de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 26% dans dix ans, de ne plus construire de nouvelles centrales charbon ou encore de réduire de 30% l'impact du groupe sur la biodiversité.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés