La vente prochaine d'une division occulte les résultats en berne de Recticel

©SISKA VANDECASTEELE

Malgré des chiffres semestriels en repli et des prévisions annuelles revues à la baisse, l’action Recticel gagnait 5% en matinée. Le cession de ses activités "intérieurs de voiture" devrait être bouclée vers la fin de l’année.

Back to business pour Recticel . L’offre de rachat de 700 millions d’euros formulées en avril dernier par Kingspan pour ses divisions "isolation" et "mousses flexibles" n’est plus déjà plus qu’un lointain souvenir. La porte a été fermée. A double tour ? On verra…

En attendant, le groupe spécialisé dans les mousses de polyuréthane a publié ce matin ses résultats du premier semestre. Pas fameux dans leur ensemble et légèrement inférieurs au consensus des analystes.

"Joyau de la couronne"

Les ventes se sont contractées de 7,6%, l’Ebitda ajusté a baissé de 15,7% et l’Ebit ajusté a chuté de 27,6% à 25,5 millions d’euros. Le pôle "isolation" que convoitait plus particulièrement Kingspan a connu un semestre difficile (Ebitda en recul de 35%) en raison des prix de vente en baisse et des coûts liés au lancement de sa nouvelle usine en Finlande. Mais la rentabilité de ce "joyau de la couronne" comme le qualifient les analystes d’ING ("acheter"; 12 euros) devrait revenir à un niveau normal au 3e trimestre assure Recticel.

Olivier Chapelle, le CEO de Recticel, estime toutefois que la profitabilité du groupe a affiché une bonne résilience dans un environnement de marché défavorable dans la mesure où elle s’est renforcée au deuxième trimestre par rapport au premier.

Nous soutenons que la société peut encore générer de la valeur en transformant davantage son portefeuille après la cession de la division automobile.
Nathalie Debruyne
Analyste chez Degroof Petercam

De son côté, la vente de la division "intérieurs d’automobiles" semble avancer. Des parties intéressées examinent actuellement le dossier et Olivier Chapelle s’attend à pouvoir conclure vers la fin de l’année.

"Nous sommes principalement surpris par les résultats de la division isolation dans la mesure où nous n’attendions pas une telle compression de la marge" a souligné Nathalie Debruyne de Degroof Petercam. "Les indications évoquant un retour à la normale au 3e trimestre sont rassurantes et donnent à penser que les perspectives seront bien meilleures au second semestre."

Soulagement

Au vu du bilan du premier semestre, Recticel a changé son fusil d’épaule pour ses prévisions annuelles. Le groupe coté sur Euronext Bruxelles se contentera désormais d’un Ebitda ajusté stable par rapport à 2018 contre une progression évoquée auparavant.

"Cette nouvelle prévision est légèrement supérieure à nos attentes et à celles du consensus des analystes et constitue une sorte de soulagement" estime, pour sa part, Wim Hoste de KBC Securities ("accumuler "; 10 euros) qui continue à voir "beaucoup de valeur" dans Recticel.

Nathalie Debruyne, elle, a réduit son objectif de cours à 9,9 euros contre 10,8 euros avant tout en conservant son conseil à "acheter". "Nous soutenons que la société peut encore générer de la valeur en transformant davantage son portefeuille après la cession de la division automobile."

En fin de matinée, l’action Recticel progressait de 4,6% à 7,32 euros. Depuis le début de l’année, elle a grimpé de 14%. En revanche, sur douze mois, le bilan s’avère amplement négatif (-28%).

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n