Publicité
Publicité

Le chimiste Evonik, présent à Anvers, supprime 2.000 emplois dans le monde

Evonik veut réduire le nombre de cadres, qu'il juge excessif par rapport aux effectifs actuels, pour réaliser des économies annuelles de 400 millions d'euros.