Le glyphosate n'est pas cancérigène, selon l'EPA

©AFP

"L'EPA continue de constater qu'il n'y a pas de risques pour la santé publique lorsque le glyphosate est utilisé dans le respect des normes et que le glyphosate n'est pas cancérigène", affirme l'agence américaine de protection de l'environnement.

Un pas en avant, un pas en arrière. Cette fois-ci, c'est l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA) qui déclare que le glyphosate n'est pas cancérigène. Cette étude vient contredire plusieurs décisions récentes de la justice américaine qui ont estimé que ce produit chimique contenu dans de nombreux herbicides était à l'origine de cancers.

Cette annonce de l'EPA vient confirmer les conclusions d'un précédent rapport, publié en septembre 2017 après des dizaines d'années d'études, dans lequel elle estimait que le glyphosate n'était vraisemblablement pas cancérigène pour les humains. Un jury de San Francisco a accordé en mars dernier 80 millions de dollars de dommages et intérêts à un plaignant qui affirmait que le Roundup, l'herbicide à base de glyphosate de Monsanto, filiale de Bayer , était la cause de son cancer.

Le Roundup fait l'objet de 11.200 actions en justice aux Etats-Unis.

"L'EPA continue de constater qu'il n'y a pas de risques pour la santé publique lorsque le glyphosate est utilisé dans le respect des normes et que le glyphosate n'est pas cancérigène", a dit l'agence dans un communiqué.

Par le passé, l'EPA avait toutefois mis en évidence les risques écologiques de l'utilisation du glyphosate et proposé de nouvelles mesures de protection de l'environnement.

En 2015, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé pour sa part le glyphosate parmi les produits "probablement cancérigènes pour les humains".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n