Le patron de Solvay pressenti à la présidence d'Engie

Jean-Pierre Clamadieu, CEO du groupe Solvay ©Bloomberg

Jean-Pierre Clamadieu, CEO de Solvay, est fortement pressenti pour prendre la présidence, non exécutive, d'Engie suite au départ de Gérard Mestrallet. L'Etat français soutiendra la candidature du patron français.

Jean-Pierre Clamadieu, actuel CEO du groupe belge de chimie Solvay qu'il dirige depuis la fusion avec Rhodia en 2012, est pressenti pour prendre la présidence, non-exécutive, d'Engie (ex-GDF Suez) à la suite de Gérard Mestrallet, 69 ans et patron emblématique du groupe pendant 20 ans. Il aurait même rencontré le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, ce lundi matin. "L'Etat votera pour Clamadieu" a indiqué une source interrogée par l'AFP. Contacté par nos soins, Solvay s'est refusé à tout commentaire.

L'Etat français a un rôle prépondérant dans la mesure où il est le premier actionnaire du groupe énergétique avec 24,1% du capital et compte cinq représentants au conseil, sur un total de 19 administrateurs. Engie tiendra un conseil d'administration extraordinaire mardi "en début d'après-midi".

Gérard Mestrallet, patron emblématique d'Engie ©Lieven Van Assche

Gérard Mestrallet, l'actuel président d'Engie, doit rester en poste jusqu'au 18 mai. La personne qui prendra sa suite partagera les commandes d'Engie avec la directrice générale Isabelle Kocher, en place depuis 2 ans. Le conseil d'administration extraordinaire aura lieu 10 jours après que l'entreprise a annoncé vouloir maintenir "la gouvernance dissociée adoptée en 2016", avec l'arrivée de Mme Kocher, seule femme directrice générale d'une entreprise du CAC 40.

Le CEO d'alors, Gérard Mestrallet, touché par la limite d'âge, avait dû céder la direction générale mais avait obtenu une prolongation de deux ans à la présidence du conseil d'administration.

Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie ©Bloomberg

Isabelle Kocher ayant joué un rôle moteur dans le changement de stratégie du groupe, on lui prêtait l'ambition logique de cumuler la présidence de l'entreprise avec la direction générale. Mais des échos sur une mésentente entre les deux dirigeants ont commencé à émerger peu de temps après la nomination de Mme Kocher à la direction générale.

Le mandat du Français Jean-Pierre Clamadieu, 59 ans, à la tête de Solvay court jusqu'en 2021, son nom ayant toutefois déjà été évoqué dans le passé pour prendre la tête de l'électricien EDF ou du groupe nucléaire Areva. Rappelons néanmoins qu'il ne lui est pas interdit de prendre la présidence d'Engie tout en restant CEO de Solvay, bien que la tâche s'annoncerait difficile vu la taille des deux groupes.

Sous sa houlette, Solvay a opéré un virage stratégique de la chimie de base vers la chimie de "spécialité". Le groupe a opéré fin 2015 l'acquisition de l'américain Cytec, spécialisé des matériaux composites, pour 5,5 milliards de dollars. Plus récemment, Solvay a cédé des activités dans les PVC et les polyamides (nylon).

→ A 17h30, Sovay gagnait 0,37% à 109,4 euros. De même, Engie avançait de 0,51% à 12,7 euros.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content