Publicité

OPA sur Recticel: les scénarios de Berenberg

Berenberg a relevé son objectif de cours sur Recticel à 18 euros. ©SISKA VANDECASTEELE

Berenberg estime que si Greiner veut arriver à 50% dans le capital de Recticel, il devra relever substantiellement le prix de son offre.

Nouveau coup d’accélérateur en bourse ce vendredi matin pour l’action Recticel (+7% à 15,2 euros) qui s’éloigne de plus en plus du prix de l’offre (13,5 euros) que Greiner compte lancer prochainement après avoir racheté les 27% détenus par Bois Sauvage dans ce spécialiste des mousses en polyuréthane.

Les uns après les autres, les brokers qui suivent la valeur ont relevé leur objectif de cours dans cette perspective et après les nouvelles prévisions formulées par la société le 19 mai. Tous sont largement supérieurs à l’offre du groupe autrichien et se situent entre 16 euros et 18 euros.

"La sous-évaluation est devenue encore plus évidente après l'augmentation surprise des prévisions de Recticel."
Christoph Greulich
Analyste chez Berenberg

"Situation vraiment particulière

Dix huit euros c’est en effet ce que vise désormais Berenberg (contre 16 euros avant) qui vient de faire le point sur cette "situation vraiment particulière" dans une note publiée ce vendredi matin. Christoph Greulich estime que le prix avancé par Greiner est trop bas si, comme il le dit, il veut atteindre les 50% dans Recticel. "La sous-évaluation est devenue encore plus évidente après l'augmentation surprise des prévisions de Recticel la semaine dernière", assure-t-il.

À ses yeux, il est possible, mais peu probable, que Greiner renonce à ses efforts, car cela ne lui rapporterait rien et Recticel se retrouverait dans une situation inhabituelle d’avoir un concurrent comme nouvel actionnaire de référence.

+35%
Pour être convaincante, la majoration du pris de l'offre doit être de 35% au moins, juge Berenberg.

Augmenter le prix

L’analyste estime dès lors que les Autrichiens sont plus susceptibles d’augmenter le prix de l’offre. Et pour être convaincante, la majoration devra être significative, soit d’au moins 35%, évalue-t-il. Une opération de taille pour une société comme Greiner sur laquelle on ne dispose, en réalité, que de peu d’informations financières dans la mesure où elle n’est pas cotée en bourse.

Il dessine dès lors le scénario suivant: Greiner pourrait trouver un allié intéressé par le rachat du pôle isolation de Recticel, un domaine dans lequel il n’est pas actif. Kingspan serait, pour lui, le candidat idéal, car les deux groupes ont déjà fait équipe en 2019 pour tenter de racheter Recticel. Cette dernière, pour sa part, est probablement à la recherche d’un chevalier blanc. Selon Degroof Petercam, D’Ieteren , Wendel ou même la Gimv seraient susceptibles d'en revêtir l'armure pour venir à la rescousse du groupe belge.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés