Publicité

Recticel tirée du lit en pleine OPA hostile

En cas de cession de ses activités literies et mousses techniques, Recticel, dirigée par Olivier Chapelle, deviendra un "pure player" dans l'isolation. ©Tim Dirven

Alors que l'OPA de Greiner sur Recticel suit son cours, cette dernière a conclu un accord pour la vente de ses activités literies pour 122,4 millions d'euros. Un deal à replacer dans le contexte de cette offre hostile.

Netflix va-t-il racheter un jour les droits de la saga Recticel  ? Peu de chances, bien entendu, pourtant ce dossier a tout du cas d’école à enseigner dans les facultés de gestion ou de droits des affaires. Le suspens en plus. Avec au générique: une proie qui se démène comme un beau diable, un prédateur étranger sans état d’âme, un gros actionnaire qui a mis le feu aux poudres, et au premier rang, des actionnaires qui voient, avec délectation, le titre grimper inlassablement.

Comme ce jeudi avec un gain de plus de 6%. Car Recticel a finalement trouvé un acheteur pour ses activités de literies. Spécialisée dans les mousses de polyuréthane, la société produit des matelas pour des marques bien connues, comme Beka, Lattoflex ou Literie Bultex, entre autres. Ce pôle compte neuf centres de production, dont deux en Belgique, emploie 1.550 personnes et a généré des ventes de 226 millions d’euros en 2020. Ce n’est pas rien.

Le prix a été fixé à 122,4 millions d’euros, ce qui, après déduction des frais liés à la transaction, apportera 97 millions dans les caisses de Recticel.

Le prix et les estimations des analystes

L’acheteur potentiel, avec lequel un accord liant a été conclu, est Aquinos, un groupe portugais focalisé sur les meubles rembourrés et les matelas en Europe. Le prix a été fixé à 122,4 millions d’euros, ce qui, après déduction des frais liés à la transaction, rapportera 97 millions d'euros dans les caisses de Recticel. Ils seront utilisés pour réduire l’endettement.

Ce montant de 122,4 millions est légèrement inférieur à ce qu’avait anticipé Wim Hoste, de KBC Securities ("accumuler"; 18 euros), soit 126,1 millions d'euros. Chez Kepler Cheuvreux ("acheter"; 19 euros), on était moins ambitieux (113,2 millions d'euros), idem chez ING ("acheter"; 22 euros) où on constate que le prix fixé représente une prime de 10% par rapport à sa dernière valorisation. Quant à Kris Kippers, de Degroof Petercam ("acheter"; 20,7 euros) , il avait anticipé le juste prix.

Il s’agira, lors de l'assemblée du 6 décembre, de se prononcer sur la vente des activités mousses techniques de Recticel à un groupe américain pour un montant de 656 millions d'euros.

La plupart des analystes qui ont réagi aujourd’hui saluent l’opération dans la mesure où elle rapproche un peu plus la société d’un profil d’acteur actif uniquement dans l’isolation.

Assemblées de Saint Nicolas et de Noël

Le deal devrait être bouclé lors du premier trimestre de l’an prochain. Mais avant cela, il sera soumis à l’approbation des actionnaires lors d’une assemblée spéciale prévue pour le 24 décembre.

Bois Sauvage , qui détient toujours, à ce stade, 27% des actions de Recticel, a déjà fait savoir qu’il voterait en faveur de la cession. Reste à voir ce que Greiner (le prédateur mentionné plus haut) fera si, entretemps, les actions de Bois Sauvage tombent dans son escarcelle. Wim Hoste pense que le groupe autrichien pourrait également entériner la transaction.

Deux semaines avant cette date, les actionnaires de Recticel se verront déjà une première fois, le 6 décembre. Il s’agira, lors de cette assemblée, de se prononcer sur la vente des activités mousses techniques de Recticel à un groupe américain pour un montant de 656 millions d'euros. Cette manœuvre, destinée à décourager Greiner et son offre à 13,5 euros le titre et à générer davantage de valeur, ne passera pas comme une lettre à la poste. Wim Hoste estime toutefois qu’il existe des chances décentes pour qu’elle soit tout de même approuvée.

Du côté de Greiner, on a annoncé en début de semaine, que si les autorités européennes ne donnaient pas, à l’issue de la phase I, leur feu vert au projet de rachat sur Recticel - dont l’OPA est en cours jusqu’au 17 décembre - il pourrait activer une condition suspensive qui rendrait l’offre caduque quitte à relancer une nouvelle plus tard.

En bref

  • Recticel a annoncé la vente de ses activités literie au groupe portugais Aquinos pour 122,4 millions d’euros.
  • L’acquisition sera soumise à l’approbation des actionnaires lors d’une assemblée spéciale le 24 décembre.
  • Les actionnaires de Recticel devront entretemps se prononcer sur la vente des activités mousses techniques au groupe américain Carpenter le 6 décembre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés