Solvay achève son recentrage stratégique

©Solvay

Solvay vend son activité polyamides au groupe chimique allemand BASF pour environ 1,6 milliard d'euros. L'opération devrait être clôturée au troisième trimestre 2018. Le groupe coté à Bruxelles poursuit ainsi son recentrage sur les produits de chimie à haute valeur ajoutée. Solvay a profité de l'annonce de cette vente pour également revoir ses perspectives pour l'exercice en cours.

Depuis le rachat en 2015 du groupe américain Cytec pour près de 5 milliards d'euros, Solvay a accéléré la simplification de ses opérations pour se recentrer sur la chimie de spécialité. Un virage qui passait notamment par la vente de ses activités de polyamides, principale composante de la division polymères.

C'est désormais chose faite. Les Allemands de BASF ont signé un accord pour reprendre l'activité de polyamides des Belges. "Une étape majeure" selon Jean-Pierre Clamadieu, le CEO de Solvay, "la dernière opération importante du repositionnement de notre portefeuille d'activités".

"Nous sommes à la fin d'un chapitre dans lequel nous nous sommes engagés il y 4 ans avec un objectif assez clair quant à l'endroit où nous souhaitions nous retrouver à la fin. Aujourd'hui, on y est."
Jean-Pierre Clamadieu
CEO de Solvay

"Un juste prix"

La cession a été négociée à 1,6 milliard d'euros pour un produit net de la vente estimé à 1,1 milliard d'euros, soit "un juste prix qui représente 8 fois l'EBIDTA de 2016", selon le patron du groupe chimique belge.

"(Avec BASF) les actifs sont entre de bonnes mains. Nos équipes se retrouveront dans le giron d'un très grand acteur, ce qui est rassurant."
Jean-Pierre Clamadieu
CEO de Solvay

La transaction concerne l'ensemble des activités de polyamides en Europe, en Amérique du Nord et en Asie ainsi que les activités liées aux plastiques techniques en aval en Amérique latine. "L'ensemble cédé représente 1,3 milliard d'euros de chiffre d'affaires, 12 usines et une équipe de recherche et d'innovation, soit au total environ 2.400 salariés", détaille Jean-Pierre Clamadieu. Il estime en outre que la vente se réalise "à un moment où les performances sont bonnes" et qu'avec BASF "les actifs sont entre de bonnes mains. Nos équipes se retrouveront dans le giron d'un très grand acteur, ce qui est rassurant." 

A en croire les dirigeants de Solvay, beaucoup de prétendants avaient montré un intérêt pour la division vendue. BASF précise que l'acquisition lui permettra de renforcer notamment son accès à des marchés à forte croissance en Asie et en Amérique. Les Allemands espèrent aussi rassurer le marché. Le numéro trois mondial de l'agrochimie, s'était en effet vu reprocher par certains investisseurs d'être resté en retrait du mouvement de consolidation qui a agité ce secteur dernièrement.

Perspectives 2017 revues et corrigées

Solvay et BASF entendent finaliser la transaction au troisième trimestre 2018 après l'obtention des autorisations réglementaires.

La cession des activités de polyamides entraîne également une révision des perspectives pour Solvay. "L'activité des polyamides a particulièrement bien progressé depuis le début de l'année", explique le groupe chimique tout en précisant que cette cession "réduit les perspectives de croissance de l'EBITDA sous-jacent du groupe" pour l'exercice en cours.

Début août, lors de la présentation de son bulletin trimestriel, Solvay avait acté une progression de 18% de son EBITDA sous-jacent à 705 millions d'euros. L'entreprise s'attend à présent à une croissance de l'EBITDA 2017 comprise entre 6% et 8%, soit légèrement moins haut que les 6 à 9% annoncés précédemment.

©BELGA

Pour Jean-Pierre Clamadieu (photo), il s'agit donc d'un effet mécanique lié à la vente, mais il prévient aussi que "l'affaiblissement de la plupart des devises par rapport à l'euro diminue également le bénéfice rapporté en euros". Le CEO de Solvay indique encore que son groupe n'a "pas le sentiment de perdre de la compétitivité, mais le chiffre d'affaires des activités réalisées en dollars nous pénalise".

Solvay se dit toutefois "bien positionné pour atteindre son objectif de génération de free cash flow excédant 800 millions d'euros", ce qui est en ligne avec les précédentes projections. A l'ouverture de la Bourse de Bruxelles, le titre Solvay (+0,08%) était relativement stable et a ensuite glissé dans le rouge pour perdre environ 1% au terme de la première heure d'échanges .

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés