Sous pression, Agfa Gevaert ferme deux usines

Agfa Gevaert explique devoir "optimiser sa capacité de production" pour justifier sa décision de fermer ses usines de Pont-à-Marcq et Leeds. ©REUTERS

Le groupe Agfa ferme une usine en France et une autre au Royaume-Uni. Il parle d'une décision difficile, mais indispensable pour assurer l'avenir de la division offset. Quelque 250 personnes risquent de perdre leur emploi.

Agfa Gevaert réduit la voilure. L'entreprise annonce  la fermeture de deux sites de productions de plaques d'impression offset: Pont-à-Marcq en France et Leeds au Royaume-Uni.

251
salariés
Ces fermetures auront un impact sur plus de 250 salariés: 175 personnes à Pont-à-Marcq et 76 à Leeds.

"Confronté à une baisse importante et structurelle de la demande sur le marché extrêmement concurrentiel de l'impression offset, Agfa doit optimiser sa capacité de production en s'ajustant aux conditions changeantes du marché", lit-on  dans un communiqué. Ces arguments avaient déjà été avancés en 2018 lorsqu'Agfa avait annoncé la fermeture de son site américain de Branchburg (New Jersey). 

Ces fermetures auront un impact sur plus de 250 salariés. En effet, 175 personnes sont employées à Pont-à-Marcq et 76 à Leeds.

Activité à la peine

Agfa parle d'une "décision indispensable" pour préserver l'activité du groupe. Ce dernier va entamer les négociations avec les représentants du personnel, selon les règles en vigueur dans les deux pays. 

Lors de la présentation de ses résultats du premier trimestre, Agfa avait déjà pointé du doigt les difficultés de l'industrie de l'imprimerie. Le groupe avait même anticipé des prochains trimestres compliqués, sans toutefois aller au-delà de cette déclaration. Le groupe donne rendez-vous en août pour davantage de guidances. 

"Puisqu'une grande partie des plaques d'impression sont produites en Chine, le coronavirus aura un impact sur l'entreprise."
Pascal Juéry
CEO Agfa Gevaert

S'armer contre les vents contraires

Au premier trimestre, l'activité accusait un Ebit négatif de 1,4 million d'euros, contre un gain de 19,7 millions en 2018. Le groupe annonçait alors réfléchir à un plan global pour cette activité; la priorité du nouveau CEO Pascal Juéry étant "d'armer cette activité contre les vents contraires" et d'"améliorer sa profitabilité".

"Puisqu'une grande partie des plaques d'impression sont produites en Chine, le coronavirus aura un impact sur l'entreprise. La chaîne de valeur a été perturbée et l'épidémie retarde notre alliance avec notre partenaire Lucky Huagang Graphics." Pourtant aujourd'hui ce sont les sites français et britanniques qui paient la note.

Rappelons enfin que, fin janvier, Agfa a cédé son activité HealthCare à Dedalus. Le produit de la vente était, disait-on, destiné à poursuivre la mise en œuvre des stratégies des autres divisions, de faire face aux passifs à long terme et de récompenser les actionnaires.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés