Tout le secteur bouillonne

Le titre Potash s'est envolé hier à Wall Street, mais c'est tout le secteur qui est en ébullition.

L'action du producteur canadien d'engrais Potash s'est envolée hier à Wall Street pour clôturer sur un gain de 27,66% à 143,17 dollars.

Tout le secteur a été tiré à la hausse, Mosaic a pris 8,7%, Agrium et CF Industries plus de 4% et Intrepid Potash 5,59%.

A Bruxelles, on a vu le titre Rosier gagner 4,25% à 270 euros.

L'industrie de l'engrais est sujette à une forte activité de fusions-acquisitions, alors que le marché est en plein redressement. L'annonce de BHP Billiton est venue au lendemain d'une offre lancée par Agrium, second sur le marché canadien derrière Potash, sur l'entreprise australienne AWB, spécialisée dans la distribution de céréales.

La semaine dernière, la presse russe se faisait l'écho de l'intérêt à la fois du groupe minier Rio Tinto et de Potash lui-même pour le groupe russe d'engrais Uralkali.

Au printemps, la lutte avait été dure autour du rachat du producteur d'engrais américain Terra, finalement acquis par son compatriote CF Industries après l'abandon du groupe norvégien Yara, pour un montant d'environ 4,7 milliards de dollars.

"Nous ne sommes pas surpris" de voir BHP faire une offre, "vu la confluence d'un important intérêt au niveau mondial pour l'industrie de la potasse (...) et le fait que les valeurs des actions dans le secteur restent bien en deçà des coûts de remplacement", ont jugé les analystes de Morgan Stanley.

Les groupes miniers extraient des minéraux qui sont notamment utilisés dans la fabrication des engrais.

Les dernières publications trimestrielles ont montré une amélioration des bilans des grands groupes mondiaux d'engrais, sur fond de reprise du marché.

"Potash Corp, Agrium, Mosaic, CF Industries et Intrepid Potash ont tous bénéficié d'une année caractérisée par des taux d'application d'engrais plus proche de la normale", souligne Elizabeth Collins, de la société de conseil en investissement Morningstar.
Selon l'Association internationale de l'industrie des engrais (IFA), qui a publié ses dernières prévisions début juillet, "la demande d'engrais est attendue en ferme reprise en 2010 et en croissance à des taux soutenus dans les quatre prochaines années", ce après une année 2009 "morose".

"Les prix des céréales dans le monde restent relativement constants, au-dessus des niveaux d'avant crise. Un retour à des prix plus stables pour les récoltes diminue le risque pour les agriculteurs d'investir dans les engrais par rapport à il y a un an, résultant en une reprise plus rapide qu'attendu de la demande en phospate et potassium que précédemment prévu", notait l'IFA le 2 juillet.

Depuis, les prix des céréales se sont envolés, notamment ceux du blé.
"Les sécheresses en Chine et en Russie - parmi d'autres facteurs - contribuent à un resserrement probable de l'équilibre entre l'offre et la demande pour les céréales, ce qui devrait soutenir le prix des cultures et donc les applications d'engrais", explique Elizabeth Collins.

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés