Un nouveau vaisseau amiral pour pérenniser l'ancrage belge de Solvay

©Schmidt Hammer Lassen Architects

Le groupe chimique belge va construire un nouveau bâtiment pour regrouper ses collaborateurs aujourd’hui dispersés sur le site de Neder-Over-Hembeek. Solvay entend par ailleurs créer un campus ouvert dédié à l'innovation, afin d’attirer chercheurs, start-ups et entreprises.

Dans trois ans, le paysage bruxellois s’enrichira d’un bâtiment emblématique supplémentaire: Solvay a dévoilé lundi son projet de nouveau siège social sur son campus de Neder-Over-Heembeek (nord de Bruxelles), un site qui sera profondément remanié pour devenir un pôle de recherche et d’innovation ouvert. 

Cet immeuble ouvert et transparent de quelque 42.000 m2 doit permettre de regrouper d'ici l'été 2021 tous les collaborateurs aujourd’hui dispersés sur le site de 22 hectares du groupe chimique belge, dont certains bâtiments affichent une soixantaine d'années.

Solvay s'offre un nouveau QG à Bruxelles

Le projet retenu est celui proposé par l'association momentanée entre le cabinet d’architecte danois Schmidt Hammer Lassen et belges Modulo et VK engineering. Il a été choisi à l’issue d’un concours international qui avait abouti à la présélection de vingt-quatre bureaux d’architecture, réduit ensuite à cinq équipes.

La construction du nouveau site nécessitera la démolition de deux bâtiments existants, dont la plus haute tour du campus bruxellois sur laquelle trône le logo du groupe. Le nouveau complexe de 8 niveaux regroupera les équipes Corporate, Business et R&D de Solvay, ainsi que le nouveau Centre d’application en science des matériaux. 

"Au cours des six dernières années, Solvay a conduit l’une des transformations de portefeuille les plus profondes de ses 155 ans d'histoire. Il est temps d’envisager un nouveau siège qui soit à la hauteur de nos ambitions de leader mondial dans notre secteur," a fait valoir Jean-Pierre Clamadieu, CEO de Solvay. Le patron français, qui doit quitter le groupe au plus tard à la fin de l’année pour se consacrer entièrement à sa nouvelle fonction de président d’Engie, ne verra donc pas l’aboutissement du projet qu’il a mis sur les rails. 

"Cette structure ouverte facilitera la communication et la coopération entre toutes les équipes" a précisé de son côté Michel Defourny, Corporate Secretary de l’entreprise chimique. L’une des caractéristiques du nouveau bâtiment, qui sera flanqué d’une esplanade et d’espace vert, est en effet la présence de nombreux espaces communs autour d’un atrium central remontant jusqu’au dernier étage.  La consommation énergétique sera proche de zéro et les toits seront recouverts de cellules photovoltaïques, tout comme la surface du revêtement. "Ce nouveau siège est aussi un message très fort pour ceux que nous voulons attirer," a encore commenté Jean-Pierre Clamadieu. "Un groupe comme le notre a besoin d’attirer des talents pour se développer. Un siège moderne y contribue." 

"Ce nouveau siège est aussi un message très fort pour ceux que nous voulons attirer"
Jean-Pierre Clamadieu
CEO de Solvay


À l'extérieur du bâtiment, un amphithéâtre à ciel ouvert reliera le nouveau vaisseau amiral au restaurant. À l'ouest, un affluent de la Senne datant du 18e siècle sera réhabilité. Il complétera deux bassins naturels d'eaux pluviales. Le budget réservé à l'investissement n'a pas été révélé. "Mais il ne se fera pas au détriment des investissements industriels prévus dans le groupe," a-t-on indiqué chez Solvay. 

Le groupe chimique entend par ailleurs réaménager également la partie sud de son site en un campus ouvert dédié à l'innovation.  Il cherchera ainsi à renforcer ses liens avec la communauté scientifique (universités et instituts de recherche) et à attirer start-ups et entreprises à Neder-Over-Heembeek. 

Plusieurs entreprises (Plastic Omnium, Saroléa, Ineos...), parfois issues d’une scission d’activités, sont déjà présentes aujourd’hui sur la plaine, qui abritait une bouchonnerie avant que Solvay ne rachète le site. "C’est une démarche que nous avons commencée en échangeant beaucoup avec nos partenaires, mais qui n’est pas achevée. Nous voulons apporter notre contribution, nos ressources pour faire en sorte que se développe un écosystème de recherche et d’innovation autour de ce siège," a encore expliqué le CEO. 

Les deux projets n’ont pas tout à fait la même temporalité: si la construction du nouveau siège doit être achevée d’ici trois ans, le développement du centre de recherche et d’innovation s’étendra sans doute sur une période de 5 à 10 ans.  L’un des enjeux futurs sera également d’améliorer la connectivité avec le centre-ville et les gares, selon Jean-Pierre Clamadieu, qui a évoqué l’idée d’une prolongation d’une ligne de tram. 

Le soutien du CCE

Cette refonte profonde du campus de Neder-Over-Heembeek a été accueillie très favorablement par les autorités bruxelloises. Celles-ci y voient le signe d’une pérennisation de l'ancrage belge du groupe, qui vient de décider de recentrer une partie de ses activités à Bruxelles et à Lyon, au détriment de Paris. Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, présent sur place aux côtés du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, y décèle même une opportunité pour maintenir une certaine place pour l'industrie dans une ville "qui ne peut pas accueillir que des services".

Les institutions publiques régionales bruxelloises ont accompagné Solvay dans sa double initiative au travers d'une plateforme unique d'échange d'informations - le Conseil de Coordination économique.  Le CCE réunit, sous la coordination de hub.brussels, les plus hauts responsables de l'ensemble des acteurs économiques qui décident de solutions concrètes répondant aux difficultés rencontrées par les entreprises pour s'implanter, se développer ou rester à Bruxelles. En l'espace de 12 ans, le CCE a traité 345 dossiers.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content