Une femme dirigera le groupe Solvay

Ilham Kadri succédera à Jean-Pierre Clamadieu à la tête de Solvay en mars 2019. ©Solvay

Ilham Kadri remplacera Jean-Pierre Clamadieu à la tête du groupe chimique Solvay à partir du 1er mars prochain. Elle est actuellement présidente et CEO de la société américaine Diversey.

Cela faisait des mois que Solvay recherchait un remplaçant à son CEO Jean-Pierre Clamadieu sur le départ pour rejoindre la présidence du conseil d’administration d’Engie.

Le groupe chimique belge a enfin trouvé l’oiseau rare en la personne d’Ilham Kadri. Elle deviendra CEO, présidente du comité exécutif et administratrice de Solvay à compter du 1er mars 2019.

Ilham Kadri rejoindra Solvay le 1er janvier 2019 pour une période de transition de deux mois avec Jean-Pierre Clamadieu, avant de prendre les commandes du groupe et poursuivre sa stratégie de transformation, précise Solvay dans un communiqué.

De Ernest Solvay à Ilham Kadri
  • 1863-1922: Ernest Solvay
  • 1863-1894: Alfred Solvay
  • 1922-1930: Armand Solvay
  • 1930-1947: Louis Solvay
  • 1947-1963: Ernest-John Solvay
  • 1964-1971: René Boël
  • 1971-1986: Jacques Solvay
  • 1986-1998: Daniel Janssen
  • 1998-2006: Aloïs Michielsen
  • 2006-2012: Christian Jourquin
  • 2012-2019: Jean-Pierre Clamadieu
  • 2019-: Ilham Kadri

 

Ilham Kadri occupe actuellement les fonctions de CEO et présidente de la société américaine Diversey, spécialisée dans les technologies et services pour l'hygiène qu'elle dirige depuis 2013. Elle dispose d’une expérience internationale diversifiée acquise aux Etats-Unis, en Europe, au Moyen Orient et en Asie, au sein de groupes internationaux tels que Shell-Basell, UCB-Cytec, Huntsman, Dow Chemical.

De nationalités marocaine et française, Ilham Kadri est titulaire d'un diplôme d'ingénieur de l'Ecole d'Application des Hauts Polymères de Strasbourg et docteur en physico chimie macromoléculaire, diplômée de l'Université Louis Pasteur de Strasbourg.

Le chimiste belge a engagé il y a près de cinq ans un virage stratégique en délaissant les activités jugées moins prometteuses comme le PVC, pour se développer dans les composants innovants, notamment à destination de l'aéronautique et de l'automobile. Le groupe a vu son titre perdre 4,75% depuis le 1er janvier 2018. Il a connu un premier trimestre mitigé mais a vu son bénéfice net croître de 9,8% au deuxième trimestre, à 339 millions d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n