9 millions d'argent frais pour relancer T.Palm

©Anthony Dehez

T.Palm devait se refinancer au plus vite afin d'honorer son carnet de commandes et stabiliser ses comptes. Six mois après avoir mis sur la table son manque de liquidités dans nos pages, l'entreprise de construction verviétoise a enfin reçu hier jeudi le soutien du gouvernement wallon via la Sogepa, qui assurera le monitoring de l’entreprise en difficulté.

L'apport d’argent public confirmé ce jeudi matin est une double bonne nouvelle pour le patron de T.Palm, car il était la condition imposée par un investisseur privé pour participer lui aussi au tour de table et doubler la mise. La recapitalisation globale pour la relance de T.Palm s’élèvera donc à 9 millions d'euros: 3 millions via la Sogepa, 3 millions via un investisseur privé – on parle d’un promoteur immobilier - et 3 millions via le patron de T.Palm.  

Mieux encore: outre cette prise de participation en capital confirmée par le ministre de l’Economie Pierre-Yves Jeholet lui-même, le gouvernement wallon a également validé l’octroi, via la Sogepa toujours, d’un prêt de 1 million d'euros. "Après analyse du plan de croissance et avis favorable de la Sogepa quant à sa participation au capital de l’entreprise, il me paraissait important d’autoriser cette opération pour permettre à l’entreprise et à ses travailleurs de voir l’avenir plus sereinement. Le groupe occupe actuellement plus de 300 travailleurs en Région wallonne et est un acteur important du tissu économique wallon puisqu’il génère de nombreux emplois indirects chez ses sous-traitants, sans parler de ses achats de biens et services auprès de fournisseurs locaux", commentait à chaud le ministre, juste après la validation du soutien.

Relancer rapidement la machine, redorer l’image

L'arrivée de ces deux nouveaux actionnaires public et privé au sein de l’actionnariat de l’entreprise devrait désormais permettre de relancer le moteur de celle-ci et d’honorer un carnet de commandes heureusement encore bien rempli malgré la mauvaise publicité de ces derniers mois. Thami Laraki, le patron de T.Palm, était jusque là seul pilote à bord et unique actionnaire de la holding de la société qu’il avait rachetée il y a juste 5 ans. Aujourd’hui, il doit recoller rapidement les morceaux, redorer l’image de marque de ce fleuron wallon vieux de 50 ans d’âge et remonter le moral de ses ouvriers.

Il y a juste six mois, Thami Laraki était sorti de son mutisme dans L’Echo pour expliquer les turbulences en interne, soldées par le licenciement de 14 personnes. Il n’y était pas allé par quatre chemins, arguant que la remise à niveau financière de son entreprise de construction n’était pas achevée; qu’il lui fallait impérativement trouver du cash pour relancer la machine et honorer le carnet de commandes. "La seule voie de salut viable, c’est d’ouvrir le capital à un ou deux nouveaux actionnaires. Notre carnet de commandes avoisine 84 millions d’euros, moitié en projets résidentiels, moitié en Building. Pour finaliser ces commandes, je dois trouver 8 millions de fonds propres avant la fin de l’année", nous avait-il confié, ajoutant que les détails de la recapitalisation étaient déjà sur son bureau et que les tractations allaient bon train. 

Le timing aura été un peu plus long que prévu, mais la première étape cruciale est désormais franchie. Reste, maintenant, à finaliser les commandes et rassurer la clientèle. Contacté, le patron, qui voit enfin le bout d’un long tunnel, se refuse pour l’instant à tout commentaire et préfère désormais agir en lien étroit avec les deux nouveaux actionnaires. 

Au sein de l’entreprise de Polleur (Verviers) et sur le zoning d’Oupeye, où se trouvent les bureaux de Thami Laraki et le siège des autres sociétés du groupe, la nouvelle sera sans doute une fameuse délivrance. Plus de 300 familles étaient en effet suspendues à l’annonce de cette décision.- et redoutaient de vivre le même scénario que celui arrivé récemment à leurs collègues travaillant au sein de la filiale flamande de T.Palm, Elbo. Fin novembre en effet, le tribunal de Commerce de Dendemonde déclarait la faillite de l’entreprise de construction dont le siège se trouve à Erpe-Mere. Celle-ci employait encore l’an dernier une cinquantaine de travailleurs, pour 70 un an auparavant. 

Reste une dernière inconnue sur la table: l’identité du nouvel actionnaire privé qui devrait rejoindre T.Palm dans les prochaines semaines. Il nous revient qu’il s’agit d’un entrepreneur wallon spécialisé dans la performance managériale. Son apport financier sera donc doublé d’une expertise précieuse pour le futur conseil d’Administration élargi.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect