Compte à rebours lancé au sein de l'entreprise T.Palm

©Anthony Dehez

L’entreprise de construction T.Palm doit se refinancer sans plus tarder pour honorer son carnet de commandes et stabiliser ses comptes. La faillite récente de sa filiale flamande est venue renforcer l’urgence.

Il y a juste deux mois, le patron de T.Palm, Thami Laraki, était sorti de son mutisme dans L’Echo pour expliquer les turbulences de l’été, soldées par le licenciement de 14 personnes. Il n’y était pas allé par quatre chemins, arguant que la remise à niveau financière de son entreprise de construction n’était pas achevée; qu’il lui fallait impérativement trouver du cash pour relancer la machine et honorer le carnet de commandes.

"La seule voie de salut viable, c’est d’ouvrir le capital à un ou deux nouveaux actionnaires. Notre carnet de commandes avoisine 84 millions d’euros, moitié en projets résidentiels, moitié en building. Pour finaliser ces commandes, je dois trouver 8 millions de fonds propres avant la fin de l’année", nous avait confié le patron et seul actionnaire, ajoutant que les détails de la recapitalisation étaient déjà sur son bureau et que les tractations allaient bon train. La date butoir était donc arrêtée.

Aide de la Sogepa

8 millions €
C’est le montant que Thami Laraki disait devoir trouver et injecter dans T.Palm avant la fin de l’année pour assainir les comptes de l’entreprise.

Mais depuis lors, les nuages ne se sont guère dissipés. On a d’abord appris, de source sûre, que le CEO de T.Palm avait sollicité une aide financière de la Sogepa, le fonds d’investissement public spécialisé dans le redéploiement et l’accompagnement des entreprises wallonnes. Aux dernières nouvelles, la décision n’est pas encore tranchée, mais pourrait tomber dans les tout prochains jours. Elle aura d’autant plus de poids que l’actionnaire privé pressenti par Thami Laraki pour entrer au capital de T.Palm depuis des mois aurait conditionné son offre… à un renfort-caisse confirmé de la Sogepa.

Faillite d’Elbo

Et fin novembre, une nouvelle secousse venait encore davantage plomber l’horizon: le tribunal de l’entreprise de Termonde déclarait la faillite de Elbo, la filiale flamande de T.Palm, dont le siège se trouve à Erpe-Mere. Depuis des mois, des signes avant-coureurs nous parvenaient de clients mécontents parlant d’équipes de chantier fantômes et de travaux inachevés. Capitalisée à hauteur de 2,225 millions d’euros, Elbo appartient à T.Palm Management. Déficitaire depuis plusieurs années, elle affichait, fin 2017, 2 millions de pertes et 2,84 millions de créances à un an au plus. Elle employait encore l’an dernier une cinquantaine de travailleurs, pour 70 un an auparavant.

Au sein de l’entreprise de Polleur (Verviers), le personnel commence à broyer du noir. Quelque 400 familles sont suspendues à une décision qui tarde à venir. Le compte à rebours final est enclenché.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content