Belle échappée de Deceuninck face à la pandémie

La société Deceuninck, sponsor cycliste, résiste très bien à la crise. ©Photo News

Deceuninck a publié, ce jeudi matin, des chiffres trimestriels en forte progression. Son ebitda ajusté a bondi de 70%. KBC a relevé sa recommandation sur la valeur.

Une fois n’est pas coutume en ces temps difficiles pour de nombreuses entreprises, Deceuninck a publié, ce jeudi matin, un trading udpate surprise portant sur ses résultats trimestriels. Surprise à double titre. Il n’était pas inscrit au calendrier mais, surtout, il fait état de très bons chiffres. De quoi donner un coup de pouce à l’action qui gagnait 7% en matinée, après avoir dévissé de 28% depuis janvier.

+70%
À l'issue du 3e trimestre, Deceuninck a vu son ebitda ajusté bondir de 70%, à 31,2 millions d'euros.

Le spécialiste des profilés en PVC et composite pour fenêtres et portes a vu son chiffre d’affaires progresser de 7,5% au cours du 3e trimestre, pour atteindre 177,7 millions d’euros. Une performance imputable à la reprise, après le ralentissement du trimestre précédent, à des gains de parts de marché aux États-Unis et à la relance de l’économie en Turquie.

Dette réduite

De son côté, l’ebitda ajusté a bondi de 70%, à 31,2 millions d’euros, grâce à la hausse des volumes, au repositionnement en Europe et à un impact positif ponctuel de la baisse des prix des matières premières. Sur les neuf premiers mois de l’année, il grimpe de 22%, à 59,1 millions d’euros, avec une marge de 12,6%, contre 10,2% pour la même période de 2019.

"La combinaison des restructurations passées, le repositionnement et le focus sur des cash flow solides semblent payer de plus en plus."
Kris Kippers
Analyste chez Degroof Petercam

Enfin, le groupe signale une réduction sensible de sa dette qui, d’une année à l’autre, passe de 160,6 millions d’euros à 96,2 millions. Il a aussi réduit sa participation de quelques pour cent dans la société Ege Profil cotée en Turquie, ce qui lui a rapporté 3,8 millions d’euros. En fonction des conditions de marchés, il pourrait encore s’alléger de 5%.

Encore une chose: Serge Piceu remplacera Wim Van Acker à la direction financière de Deceuninck.

Conseil relevé

"La combinaison des restructurations passées, le repositionnement et le focus sur des cash flow solides semblent payer de plus en plus", souligne Kris Kippers, de Degroof Petercam, qui maintient sa recommandation à "acheter" et son objectif de cours à 2 euros.

Wim Hoste, de KBC Securities, remarque, de son côté, que même si une partie de la croissance de l’ebitda est due a des éléments temporaires, il existe aussi une amélioration structurelle. Il va revoir à la hausse ses prévisions et a déjà décidé de relever son conseil à "accumuler", contre "conserver" avant. Le target est majoré de 20 centimes, à 1,9 euro.

"Deceuninck a particulièrement bien performé sur les neuf derniers mois dans un environnement difficile", résume-t-on chez ING ("conserver"; 1,7 euro) où l’on s’attend a voir le consensus grimper de plus de 40% dans la mesure où, pour l’ebitda ajusté, il se situe actuellement à 50 millions d’euros, un niveau déjà dépassé.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés