Besix s'élève au Maroc

©document Besix

Le temps d’un été, l’entreprise bruxelloise a su convaincre l’homme d’affaires marocain Othman Benjelloun de prendre en charge la construction de la plus haute tour de l'Afrique.

Deal en juin. Signature du contrat le 4 octobre. Début du chantier le 1er novembre. Le Maroc est pressé et tout est donc allé très vite pour Besix qui démarre cet automne la construction de la tour Mohammed VI à Rabat.

De cette "fusée" qui culminera bientôt à 250 mètres au-dessus de la vallée du Bouregreg à Rabat, on ne voit encore qu’un pieu rouge et blanc planté à l’exact centre du futur édifice. Effleurant le modeste piquet, Didier Reynders et Rik Vandenberghe, CEO de Besix, ont levé les yeux au ciel mardi pour imaginer ce que serait cette tour qui sera la plus haute jamais édifiée sur le continent africain.

En déplacement au Maroc dans le cadre de la mission économique menée par la princesse Astrid, le ministre des Affaires étrangères avait convenu de ce petit crochet  - hors programme officiel - pour saluer la performance de l’entreprise bruxelloise.

Pour L’Echo, qui a pu assister à cette visite,  Rik Vandenberghe revient sur l’histoire d’un contrat de 325 millions conclu un peu par surprise, admet-il. Tout est parti de difficultés et de retards accumulés au début du projet.

C’est une entreprise chinoise qui avait décroché le contrat, mais le propriétaire de la future tour, l’homme d’affaires Othman Benjelloun, a décidé de donner le lead à Besix, raconte le CEO. "Ils sont venus vers nous en raison de notre expertise en la matière." Pour ceux qui l’ignorent encore, son entreprise a érigé la plus haute tour du monde à Dubaï, la Burj Khalifa. "On a conclu en juin et nos équipes ont travaillé tout l’été sur ce projet," raconte le CEO qui a dû expatrier dare-dare plusieurs collaborateurs ainsi que leurs familles.

À la signature du projet, Othman Benjelloun a insisté pour que le chantier démarre le jour de son anniversaire, le 1er novembre. Un peu plus de trois semaines après la conclusion du deal, les premiers pieux s’enfonçaient dans le sol de la vallée, explique Rik Vandenberghe.

Les fondations de la tour iront jusqu’à 55 mètres de profondeur dans ce terrain difficile où l’eau affleure. "Un challenge technique," dit-on chez Besix. L’entreprise espère avoir terminé le chantier dans 36 mois. Avant ce "premier coup de pelle", le Roi du Maroc avait accepté de donner son nom à l’édifice dessiné par l’architecte espagnol Rafael de la Hoz.

Un catalyseur pour la vallée

La tour Mohamed VI sera supportée par un large socle proposant 55.800 m² de surface intérieure, la tour proprement dite comprendra 47.000 m² sur l’équivalent de 55 étages.

©document Besix

Au bas de l’édifice, 11.500 m² de bureaux surmontés d’un hôtel 5 étoiles proposant 55 suites. 19.000 m² de logements de standing complèteront le projet. "La façade sud de la tour sera fermée au profit d’un dispositif photovoltaïque, précise Koen De Rooy, directeur du projet. Les locaux techniques pour récupérer l’énergie produite se trouveront juste derrière alors que la façade nord sera ouverte pour faire entrer la lumière dans le bâtiment."

Pour ce projet, Besix s’est associé à TGCC, entreprise de travaux généraux basée à Casablanca. C’est elle qui trouvera les centaines de personnes qui travailleront sur ce chantier. On s’attend à des pics de 1.600 à 1.800 ouvriers à l’œuvre en même temps sur la tour. 

Le CEO de Besix indique que le Roi Mohamed VI "a de grandes ambitions pour la vallée du Bouregreg". Le Maroc a constitué une agence de 300 personnes spécialement pour développer cette zone offrant 6.000 hectares en friche entre les villes de Rabat et de Salé. Cette agence a reçu beaucoup de pouvoir, jusqu’à la délivrance des permis, explique le CEO.

Deux grands groupes du Moyen-Orient s’apprêtent à y investir alors que se termine la construction du grand théâtre de Rabat à quelques encablures du terrain qui sera occupé par la Mohammed VI. "Cette tour va être un catalyseur pour d’autres projets dans la vallée," promet Rik Vandenberghe.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect