Construction: "26.000 emplois disparaîtront d'ici 2019"

©Photo News

Le secteur de la construction est en crise, 19.000 emplois ont été perdus en moins de 5 ans. La Confédération Construction demande au gouvernement de réagir.

"D’ores et déjà, nous pouvons parler d'une crise de l'emploi dans la construction", lance la Confédération Construction, qui présentait ce jeudi ses chiffres en terme d'emplois et d'activités dans le secteur.

→ Les chiffres de l'emploi

• Depuis fin 2011, 19.000 emplois ont été perdus.
• Le nombre d'emplois salariés perdus en 2015 s'élève à 5.000.
• L'emploi salarié ouvrier dans le secteur a reculé de plus de 10% depuis fin 2011.
• Le nombre de déclarations Limosa pour des activités construction exercées par des travailleurs étrangers a progressé de 25% en un an (de 314.000 en 2014 à 394.000 en 2015).

Ce dernier point titille la Confédération: "le gouvernement a reconnu que  le recours à une main-d'œuvre étrangère détachée met en péril les emplois de nos propres travailleurs. Dans le cadre du tax shift, un engagement formel a même vu le jour: la construction s'est vue octroyer plus de 600 millions en vue de baisser les coûts salariaux et voir restaurée sa compétitivité. Mais quand cette mesure entrera-t-elle en vigueur? En 2020?". A suivre le rythme actuel, A ce rythme, 26.000 emplois disparaîtraient encore dans le secteur d’ici 2019.

 

L'activité

Les activités dans le secteur de la construction ont connu une hausse de l'ordre de 1,6% en 2015. Ce bilan provisoire est plus favorable que celui attendu par les experts. La Confédération de la Construction et le Bureau du Plan avaient tablé sur une quasi stabilisation de l'activité.

La construction de logements neufs a progressé de l'ordre de 2 à 3% en 2015, soutenue par la forte hausse du nombre de permis de bâtir octroyés en 2014 dans cette branche.

Les bonnes conditions climatiques enregistrées au quatrième trimestre ont probablement tiré le bilan à la hausse."Le segment de la construction neuve a progressé de 2%, en raison du fait que les candidats à la construction en Flandre ont voulu anticiper les nouvelles exigences en matière d'énergie" explique encore la Confédération.

La rénovation a également connu une légère croissance en 2015 (+2,5%). La construction non résidentielle a reculé (-3%).

 

Prévisions

"Pour 2016, une faible croissance est à nouveau prévue pour l'activité totale dans le secteur." La rénovation et la construction dans le non résidentiel devraient tirer les chiffres. Mais "en 2016, nous nous attendons par contrecoup à une nouvelle baisse de la construction neuve", explique la Confédération.

 

"Brisons le cercle vicieux avant qu’il ne soit trop tard!"

Robert De Mûelenaere, l'administrateur délégué de la Confédération Construction, pointe l problème des marges: "les marges dans la construction sont tellement basses (moins de 4%) qu’elles menacent la rentabilité de nombre d’entreprises".

"Quand le même travail peut être réalisé 30% moins cher par des ouvriers détachés, nos entreprises n'ont que deux solutions: disparaître ou s’adapter. Est-ce bien ce que l’on veut?"

La Confédération lance un appel au gouvernement, qui a des raisons de s'inquiéter pour son budget pluriannel, selon elle, "car chaque emploi perdu dans notre secteur représente 33.000 euros de recettes en moins".

"L'argent investi dans des travaux de construction va prendre de plus en plus la direction de l’étranger. Nos jeunes ne seront bientôt plus intéressés par nos métiers et nous allons devoir recruter à l’étranger. Brisons le cercle vicieux avant qu’il ne soit trop tard!"

De son côté, la CSC BIE (bâtiment-industrie-énergie) insiste: "Seul un plan de relance efficace permettra de contrer ces immenses pertes d’emploi et d’envisager une reprise des embauches dans le secteur".

©Photo News

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés