L'entreprise Dorma lance la procédure Renault, 71 emplois menacés

Le groupe, spécialisé dans la fabrication de panneaux et de murs mobiles, va fermer deux sièges en Europe. L'un est implanté à Ocholt (Allemagne), l'autre à Tournai

La direction du groupe Dorma, qui compte fermer son siège tournaisien, se rendra ce mercredi au cabinet du ministre wallon de l'Economie, Jean-Claude Marcourt, afin de discuter des aides qui pourraient être octroyées en cas d'investissement à Tournai. "Notre dernière chance", dit le front commun syndical.

Le groupe Dorma, spécialisé dans la fabrication de panneaux et murs mobiles, va fermer un de ses deux sièges en Europe. L'un est implanté à Ocholt en Allemagne, l'autre à Tournai où 71 emplois sont menacés.

Dans le cadre de la procédure Renault, les syndicats ont rencontré, lundi, les représentants de la direction. "On a peu avancé", explique mardi matin Natalino Zidda, au nom du front commun syndical. "On est face à un double tableau et la direction n'en sort pas. D'une part Tournai est plus performant en termes de production, de chiffre d'affaires et de bénéfices et à long terme Tournai est mieux adapté que le site d'Ocholt. D'autre part, la liquidation du site de Tournai rapporterait plus d'argent que la liquidation d'Ocholt", explique le syndicaliste.

La liquidation de Tournai rapporterait en effet quelque 6 millions d'euros supplémentaires à l'entreprise.

"Une dernière solution consisterait à investir à Tournai, raison pour laquelle les syndicats et la direction de Dorma se rendront mercredi en fin d'après-midi au cabinet du ministre de l'Economie, Jean-Claude Marcourt. Nous examinerons les aides que la Région wallonne pourrait accorder en cas d'investissement à Tournai. C'est la réunion de la dernière chance", assure M. Zidda.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés