Publicité
mon argent

La construction affectée par la hausse des coûts des matières premières

Ces derniers mois, les prix des matières premières utilisées par le secteur de la construction ont nettement augmenté. ©BELGAIMAGE

Bois, sols en vinyle, peintures ou matériaux isolants: ces derniers mois, les prix des matières premières utilisées par le secteur de la construction ont nettement augmenté. Ceux qui optent pour une structure en bois devront ouvrir tout grand leur portefeuille.

Ceux qui construisent ou qui rénovent leur habitation ont déjà pu le constater sur l’offre de prix ou la facture: la pénurie mondiale de matériaux de construction pousse les prix vers le haut et rallonge les délais de livraison. Mais quel est l’impact du prix de ces matières premières sur votre projet de construction ou de rénovation?

La Vlaamse Confederatie Bouw (VCB - Confédération flamande de la construction) se réfère à une étude menée en 2020 par Geert Goeyvaerts de la KU Leuven, qui a calculé que la part des matières premières représentait 34% du coût total d’une nouvelle habitation unifamiliale. Le solde du budget comprend essentiellement les coûts de la main-d’œuvre.

La liste mensuelle des prix indique qu’au cours des six derniers mois, l’indice des matériaux de construction a augmenté de 10%. Ce qui ne signifie pas que le coût de votre maison ait augmenté dans la même proportion. "Une hausse de 10% du prix des matières premières se traduit par un surcoût de 8.500 euros sur un coût total de 250.000 euros, explique Marc Dillen de la VCB. "Pour une nouvelle construction, il faut compter en moyenne avec une hausse 3,4% de la facture totale. Pour un projet de rénovation, cette augmentation est moins marquée vu que la part de la main-d’œuvre est plus importante."

34%
La part des matières premières représente 34% du coût total d’une nouvelle habitation unifamiliale.

André De Groote, grossiste et président de la Fema, la fédération professionnelle des négociants en matériaux de construction, ne dit pas autre chose: "On fait beaucoup de bruit autour des prix des matières premières, mais en réalité, leur impact reste gérable."

Ciment: +4%

Avec une hausse semestrielle exceptionnelle de près de 4%, le prix du ciment en sacs de 25 kg est resté relativement stable par comparaison avec d’autres matériaux de construction pendant les 18 mois de crise du coronavirus. Cette hausse reste gérable pour ceux qui construisent de nouvelles fondations ou maçonnent des murs. "Les fluctuations du prix du ciment sont surtout dues à la hausse du prix de l’énergie", explique André De Groote.

Briques: +5%

Les briques sont disponibles dans de nombreux formats et poids différents. Il est donc difficile de calculer un pourcentage de hausse avec précision. La brique standard a augmenté d’environ 5% par rapport à la période ayant précédé la pandémie. Tout comme le ciment, le grand coupable est le prix de l’énergie. La cuisson des briques exige un passage dans un four à 850°C minimum. Le prix des tuiles a quant à lui augmenté de près de 4%.

Bois de construction: +128%

La pénurie de bois est mondiale. Les changements observés sur le marché du bois créent des tensions et des hausses de prix sans précédent. Une planche en bois de sapin Douglas coûtait 3,40 euros/mètre courant avant la crise (prix de gros). Aujourd’hui, il faut débourser 7,70 euros, ce qui représente une hausse de 128%.

"Pour une nouvelle construction, il faut compter en moyenne avec une hausse 3,4% de la facture totale."
Marc Dillen
Vlaamse Confederatie Bouw - Fédération flamande de la Construction

Cette augmentation est surtout due à Donald Trump, l’ancien président des États-Unis. "Au moment où la demande de bois a commencé à augmenter aux États-Unis, Trump a décidé de taxer davantage les importations de bois du Canada", souligne André De Groote. "Les Américains, qui construisent énormément en bois, se sont alors tournés vers l’Europe pour combler la pénurie." Conséquence: une pénurie de bois dans toute l’Europe. "La hausse de la facture se fait surtout sentir auprès des candidats à la construction d’une maison avec une structure en bois", ajoute-t-il.

Panneaux OSB: +191%

Les panneaux OSB sont fabriqués à partir de deux composants principaux dont les prix ont augmenté au cours des derniers mois. Tout d’abord, on trouve les copeaux de bois, qui sont devenus plus rares et plus chers pour les mêmes raisons que le bois de construction. "Aux États-Unis, le coût des panneaux OSB se montait habituellement à 1.000 dollars/m3, contre 300 dollars en Europe", poursuit André De Groote. "On peut donc comprendre que les producteurs européens aient privilégié le marché américain."

Ensuite, la production de panneaux OSB et autres multiplex a été confrontée au "February Freeze" au Texas. Plusieurs usines chimiques ont dû mettre leur production – par exemple de colles et de silicone – à l’arrêt à cause d’une période de gel extrême. Dans les usines, les tuyaux ne sont pas prévus pour résister à des températures aussi froides. Il a fallu attendre le mois de mars pour que la production reprenne.

Ces deux facteurs expliquent la hausse de 191% du prix des panneaux OSB. Alors que fin 2019 un panneau coûtait un peu plus de 6 euros/m2, il faut débourser aujourd’hui plus ou moins 18 euros.

Matières premières pour revêtements de sol (mélamine/agents plastifiants): +50-70%

Ceux qui cherchent une alternative à un parquet (coûteux) se voient rapidement proposer du stratifié ou du vinyle. Ici aussi, il est question de hausse des prix de plusieurs matières premières.

"La pénurie de matières premières est pire que la hausse des prix."
Bernard Thiers
CEO du groupe Unilin

Prenez les plastifiants, qui apportent de la souplesse aux dalles en vinyle de luxe du groupe Unilin. Au cours des huit derniers mois, le prix de ces additifs a augmenté de 50 à 70%. "Mais les matières premières utilisées pour la pose de laminé ont également augmenté", explique Bernard Thiers, CEO du groupe Unilin, qui gère entre autres des marques comme Quick-Step, Moduleo, Utherm, Pergo, Evola, Xtratherm et ClicWall. Par exemple, le prix de la mélamine, utilisée dans les panneaux MDF et les revêtements de sol stratifiés, affiche une hausse de 60 à 70% par rapport à fin 2019. Mais cela ne signifie pas pour autant que votre facture augmentera automatiquement dans les mêmes proportions.

Chez Unilin Group, cette hausse est considérée comme un phénomène passager. "En réalité, la pénurie de matières premières est pire que la hausse des prix", poursuit Bernard Thiers. "À cause de cette pénurie, nous devons régulièrement arrêter nos lignes de production. C’est gênant, car cela nous empêche de fournir le niveau de service auquel nos clients sont habitués."

Fenêtres: +10%

Ceux qui commandent des fenêtres ont le choix entre plusieurs matières premières. Ces derniers mois, les châssis en bois ont vu leur coût s’envoler. Pour vous donner une idée: selon les calculs de la VCB, le travail du bois coûte aujourd’hui 54,5% de plus qu’il y a six mois. Cette hausse s’explique principalement par le prix du bois.

La hausse des prix des matières premières a également un impact sur les fenêtres en acier (steel look ou aluminium?) ou en PVC, explique-t-on chez le producteur de châssis Engels, où un modèle standard de 1 x 1,50 m avec dispositif oscillo-battant coûte en moyenne 10% de plus, y compris le prix du vitrage, de la peinture et des accessoires.

Peinture: +7%

Les matériaux de base pour la production de peinture ont augmenté de 15% en moyenne. Ici aussi, la vague de froid qui a déferlé sur le Texas a joué un rôle crucial dans cette hausse. La pénurie de produits liants – un composant essentiel de la peinture aux côtés des pigments et des solvants – explique cette hausse de prix.

Aujourd’hui, un pot de peinture blanche de 10 litres coûte facilement 160 euros, contre 150 euros en décembre dernier, ce qui représente une hausse d’environ 7%. En d’autres termes, alors qu’il vous en coûtait en moyenne 3 euros/m2 en 2019, vous devez aujourd’hui débourser 3,25 euros/m2.

Matières premières isolantes (MDI/polyols): +50%

La crise du coronavirus a également perturbé la production des matériaux isolants. Le produit de base pour le PIR et le PUR – les principaux matériaux isolants des habitations – est le MDI. Le MDI est fabriqué à partir de benzène, un sous-produit des raffineries de pétrole. Vu que nous prenons moins souvent l’avion et que nous roulons moins en voiture, les raffineries de pétrole européennes ont non seulement réduit leur production de kérosène, d’essence et de diesel, mais aussi de sous-produits comme le benzène. Conséquence: le prix a doublé par rapport à 2019. En outre, le prix des polyols a également bondi de 50%, explique-t-on chez Unilin Group. Une fois de plus, cela ne signifie pas que le coût de votre isolation a doublé.

Le résumé

  • La pénurie mondiale de matériaux de construction pousse les prix vers le haut et rallonge les délais de livraison.
  • Au cours des six derniers mois, l’indice des matériaux de construction a augmenté de 10%.
  • Pour une nouvelle construction, il faut compter en moyenne avec une hausse 3,4% de la facture totale.
  • La crise du coronavirus n'est pas l’unique responsable des fluctuations de prix.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés