La croissance de CFE dans le dragage très appréciée du marché

Le titre a bondi de plus de 5% avant même la publication de la déclaration intermédiaire du groupe, qui fait état d'une croissance de 10% sur 9 mois, essentiellement grâce à la filiale à 50% DEME.

Avant même la publication des résultats trimestriels du groupe à 17h40, l'action CFE a bondi de plus de 5% sur Euronext Bruxelles, à plus de 47 euros, un niveau qu'on n'avait plus vu depuis le mois d'octobre 2008. KBC Securities avait il est vrai revu son objectif de 48 à 54 euros pour l'action ce matin, mais le marché a semble-t-il très bien pressenti dans quel sens tournait le vent pour le groupe de construction.

Si son carnet de commande s'est légèrement tassé à 2,02 milliards d'euros au 1er octobre contre 1,98 milliard en début d'année, le chiffre d'affaires du groupe a bondi de 10% sur les neuf premiers mois de l'année, à 1,29 milliard d'euros. Sur le seul troisième trimestre, le chiffre d'affaires a progressé de 7% à 420 millions d'euros.

De quoi prédire un chiffre d'affaires pour l'ensemble de 2010 de plus de 1,7 milliard d'euros, pour un bénéfice net qui "devrait avoisiner celui de l'exercice 2009", estime le management dans sa déclaration intermédiaire.

C'est encore et toujours la filiale de dragage DEME qui soutient les résultats du groupe, avec une croissance de plus de 30% sur neuf mois et, surtout, de nouveaux contrats à réaliser en Russie, en Angola ainsi qu'au large de l'Allemagne pour la construction de parcs éoliens offshore. Au 1er octobre, le carnet de commandes de la société n'avait toutefois pas progressé depuis le début de l'année, à environ 2,12 milliards d'euros.

L'activité de construction a en revanche reculé de 8% sur la période, à 515 millions d'euros. La construction privée, en particulier au Luxembourg, est désignée comme responsable de cette baisse, alors que les grands projets de génie civil restent "soutenus". A l'international, et même si elles restent faibles, les affaires reprennent "significativement".

Le carnet de commandes pour l'activité s'affiche en recul de 6% à 794 millions d'euros, principalement du fait de l'Europe centrale.

Le pôle multitechnique se reprend avec une croissance de 15%, à 108 millions d'euros, et le pôle promotion et gestion immobilières évolue "de manière satisfaisante".

Enfin le pôle PPP-Concession "poursuit activement l'étude de nouveaux projets".

L'endettement financier net du groupe à fin septembre a presque doublé à 295 millions d'euros, suite aux investissement réalisés en dragage (DEME vient ainsi de mettre à l'eau une drague à désagrégateur autopropulsée destinée aux travaux à exécuter dans la région du Golfe, un énorme marché pour la filiale à 50% de CFE). Mais CFE dispose de lignes de crédit à long terme de plus de 135 millions d'euros dont 70 millions non utilisées au 30 septembre.

 

 

 

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés