Le combo gagnant qui fait grimper CFE en bourse

Spécialisé, notamment, dans l'éolien offshore via sa filiale DEME, CFE progressait de 5% ce lundi matin sur Euronext Bruxelles.

CFE a dévoilé un chiffre d’affaires supérieur aux attentes du marché et a maintenu ses prévisions pour l’ensemble de l’année.

Le groupe CFE , filiale du holding anversois Ackermans & van Haaren , a enregistré un chiffre d’affaires de 2,403 milliards d’euros au cours des neuf premiers mois de l’année, soit une baisse de 12,8%, mais il s’est avéré supérieur aux estimations de KBC Securities dans son ensemble (2,296 milliard), ainsi que pour chacune des trois divisions. Ces dernières ont constaté un rebond de leur chiffre d’affaires au troisième trimestre, a signalé CFE.  

Prévisions maintenues

Pour la division de loin la plus importante, la société DEME (dragage, environnement et offshore), le chiffre d’affaires a accusé un repli de 17%, à 1,68 milliards d’euros. Mais dernièrement, l’activité a connu une nette reprise par rapport au premier semestre. Le carnet de commandes s’établit à 3,96 milliards d’euros, en progression de 5,6%. Pour l’ensemble du groupe il a augmenté de 6,7%, à 5,53 milliards d’euros.

2,4 milliards
d'euros
CFE a enregistré un chiffre d’affaires de 2,403 milliards d’euros au cours des neuf premiers mois de l’année, soit une baisse de 12,8%.

Pour 2020, CFE a réitéré ses prévisions. Il table sur une baisse du chiffre d’affaires de DEME (15 à 20%, avec un résultat net positif et en progression par rapport au 1er semestre), sur un recul du chiffre d’affaires de 10% en "contracting" (avec un résultat net positif) et, enfin, sur un résultat net de BPI (promotion immobilière) en progression.

Ce bilan trimestriel a été bien accueilli en bourse, le titre grimpant de 5%, à 69,6 euros, en matinée. Depuis le début de l’année, son bilan reste toutefois amplement négatif (-28%).

Stabilisation

CFE semble s’être stabilisée au 3e trimestre, observe Bart Cuypers, de KBC Securities ("accumuler"; 75 euros). Le Covid peut encore avoir un plus gros impact au 4e trimestre, mais à un niveau nettement moindre que lors du 2e trimestre. "Le marché du dragage reste hautement concurrentiel après le Covid, poursuit l’analyste, mais le carnet de commandes reste bien rempli, avec une flotte récente et une position de leader dans les éoliennes offshore."

"Pour 2021 et au-delà, nous restons prudents en raison des risques macro-économiques."
Luuk van Beek
Analyste chez Degroof Petercam.

La performance du trimestre a été bonne réduisant le risque sur les prévisions de l’exercice note, pour sa part, Luuk van Beek, de Degroof Petercam ("acheter"; 85 euros), qui ne compte pas modifier de façon importante ses estimations pour 2020. Cependant, l'entreprise reste naturellement prudente en raison de l'impact potentiel de la deuxième vague, ajoute l’analyste. L'approche de CFE sur le Covid est plus confiante que celle de son concurrent Boskalis, et il semble que l'impact sur les opérations soit plus limité .

"Pour 2021 et au-delà, nous restons prudents en raison des risques macro-économiques", conclut-il.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés