Publicité
innover

Le recyclage du MDF, une première mondiale chez Unilin

C'est dans sa... cuisine que Véronique Hoflack, présidente de la division panels chez Unilin, a trouvé le moyen de dissocier la colle des fibres de bois en MDF avec de la vapeur. ©Wouter Van Vooren

Le groupe Unilin, connu pour ses planchers stratifiés Quick-Step, a mis au point une technologie de recyclage des panneaux MDF et HDF. De quoi permettre de stocker à terme 380.000 tonnes de CO2.

Séparer la colle et les fibres de bois pour donner une nouvelle vie aux panneaux en MDF et en HDF, c'est le pari qu'est en train de réussir Unilin. Le groupe basé à Wielsbeke (Flandre-Occidentale), bien connu pour ses planchers stratifiés Quick-Step, est parvenu à mettre au point une technologie permettant de séparer les fibres de bois de la colle, et donc de réutiliser les premières à l'échelle industrielle.

70
millions de tonnes
Plus de 70 millions de tonnes de panneaux MDF et HDF sont produits annuellement dans le monde.

Il était jusqu'ici techniquement impossible de recycler les plus de 70 millions de tonnes de panneaux MDF (acronyme anglais de panneau de fibres à densité moyenne) et HDF (panneau de fibres à haute densité) produits chaque année dans le monde. Constitués de fibres de bois et d'un liant synthétique, ils sont surtout utilisés dans l'ameublement, l'aménagement intérieur et pour la production de sols stratifiés. La majeure partie était jusqu'ici condamnée au bûcher après utilisation (en moyenne 14 à 20 ans). Tout juste note-t-on la mise au point, par la société limbourgeoise Act&Sorb, d'un procédé de conversion du MDF usagé en carbone actif, utilisé notamment dans l'épuration des eaux et de l'air ou dans la transformation d'aliments.

La solution élaborée par Unilin, propriété du groupe américain Mohawk, numéro un des revêtements de sols, ouvre de tout autres perspectives. Elle permet en effet de récupérer les fibres de bois de ces panneaux et de les réutiliser de manière rentable pour la production de panneaux de fibres de qualité égale à l'échelle industrielle.

Cocotte-minute

Le procédé a été découvert presque par hasard par Véronique Hoflack, ex-responsable du département MDF qui préside aujourd'hui la division Unilin Panels. "L’idée m’est venue à la maison de placer une planche en MDF dans une cocotte-minute. Je me suis alors rendu compte qu’il était possible de dissocier la colle des fibres de bois avec de la vapeur sous pression", raconte-t-elle.

Très vite, la responsable d'Unilin soumet son idée à la direction de l'entreprise. Des tests sont aussitôt lancés au niveau industriel dans plusieurs entreprises du secteur des fruits et légumes surgelés. "Nous avons alors pu voir qu’il y avait moyen de développer une technologie qui pouvait fonctionner."

Fort de ces résultats concluants, le fabricant de sols et de parquets a entamé à la fin de l'an dernier la construction d’une installation pilote dans son usine de MDF de Bazeilles, dans les Ardennes françaises. Elle est opérationnelle depuis septembre.

Une ligne à Vielsalm

"Nous voulons continuer les tests dans l’unité pilote de Bazeilles avant de nous lancer dans la construction d’une plus grosse usine."
Véronique Hoflack
Présidente d'Unilin Panels

À ce stade, les volumes traités sont encore modestes puisque la capacité est d’une tonne par heure, soit 10.000 tonnes par an. "Nous voulons continuer les tests dans l’unité pilote de Bazeilles, qui tournera 24 heures sur 24 en 2022, avant de nous lancer dans la construction d’une plus grosse usine. Celle-ci sera en principe opérationnelle en 2023 et aura une capacité de 10 tonnes par heure", précise Véronique Hoflack.

L’investissement consenti pour ce projet reste pour l’instant assez modeste (environ un million d’euros). Le gros investissement (10 millions d’euros) devrait intervenir en 2023. Deux lignes de production de MDF/HDF recyclé sont prévues à Bazeilles et une troisième sera installée dans l'unité MDF de Vielsalm, qui emploie 300 personnes.

En théorie, il devrait être possible de recycler plus d'une fois les fibres de bois. "Les tests en cours nous ont déjà permis de confirmer que nous pouvons recycler le MDF/HDF à plusieurs reprises, avec une perte d’environ 10% à chaque opération. Les fibres ne sont pas détruites", assure la présidente d'Unilin Panels.

L'enjeu: récupérer les déchets

"Le recyclage sera moins cher que le bois transformé: il consomme moins d’énergie et nécessite moins d’achats de bois."
Véronique Hoflack
Présidente d'Unilin Panels

L'utilisation de MDF/HDF recyclé devrait en outre être une source d'économies. "Le recyclage sera moins cher que le bois transformé: cette technique consomme en effet moins d’énergie et nécessite moins d’achats de bois", dit-elle.

380.000
tonnes
D'ici 2030, 380.000 tonnes de CO2 devraient rester stockées chaque année dans les fibres de bois recyclées.

Le gros défi du futur réside dans la récupération des déchets. "Nous travaillons aujourd’hui avec seulement 5% de déchets de bois, et il nous a fallu 30 ans pour arriver à ce niveau. À l’avenir, nous comptons sur une collaboration plus étroite avec les entreprises, les parcs à conteneurs et les pouvoirs publics. Notre objectif est d’arriver à 25% de bois recyclé." Ce sera pour 2030. À ce moment, 380.000 tonnes de CO2 devraient ainsi rester stockées chaque année dans les fibres de bois qui se verront offrir une nouvelle vie.

À terme, Unilin n'exclut pas non plus de commercialiser sa technologie protégée par un brevet. "Mais nous devons encore réfléchir à la question. À court terme, il s’agira surtout de mettre l’installation au point", précise Véronique Hoflack.

165 millions d'euros d'investissements

Outre les moyens qui seront consacrés au recyclage des panneaux MDF et HDF, Unilin prévoit d'investir 165 millions d'euros dans les deux ans à venir. La plus grosse partie (130 millions) sera destinée à l’installation d’une ligne de production Quick-Step automatisée dans l'usine de Wielsbeke (Flandre occidentale), dont la capacité de production augmentera de 20%. De quoi permettre une cinquantaine d'embauches.

Unilin entend ainsi être en mesure de faire face à la forte poussée de la demande, stimulée par la vague de rénovation amorcée avec la crise du covid, et qui ne donne guère de signes de ralentissement.

La société ouest-flamande prévoit aussi d'investir 35 millions d'euros dans l'installation d'une nouvelle presse à mélamine destinée à la fabrication de panneaux décoratifs sur son site d'Oostrozebeke, non loin du siège de Wielsbeke.

Le résumé

  • Le groupe Unilin est parvenu à mettre au point une technologie permettant de recycler les panneaux en MDF et en HDF.
  • Celle-ci consiste à dissocier la colle des fibres de bois avec de la vapeur sous pression.
  • En 2023, deux lignes de production de MDF/HDF recyclé devraient être installées dans les Ardennes françaises et une troisième à Vielsalm.
  • L'utilisation de MDF/HDF recyclé devrait en outre être une source d'économies, le recyclage consommant moins d'énergie et nécessitant moins d'achats de bois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés