Publicité

Les anciens sites hospitaliers carolos seront reconvertis par Thomas & Piron

Le site Reine Fabiola du Grand Hôpital de Charleroi fait partie des trois sites qui seront prochainement reconvertis par le constructeur Thomas & Piron. ©BELGA

La coupole GHdC et le groupe TP Bâtiment sont arrivés à un accord au sujet de la reconversion des sites hospitaliers carolos bientôt vidés de leurs occupants.

Le promoteur-constructeur wallon Thomas & Piron Bâtiment et l'asbl Grand Hôpital de Charleroi (GHdC) ont révélé, ce lundi, les grandes lignes de l'accord qui cadre la cession des trois sites hospitaliers qui seront vidés de leurs occupants à l'horizon 2024, et reconvertis alors en nouveaux quartiers urbains. Les sites concernés sont ceux de Saint-Joseph (+-5 hectares), Reine Fabiola (3 ha) et de l’IMTR (13,5 ha). Le potentiel foncier offre une superficie totale de plus de 20 hectares, idéalement situés en zone urbaine déjà bien desservie en transports en commun.

+ de 20
hectares
C'est la superficie totale offerte par les trois sites hospitaliers à reconvertir.

Comme on le sait, le GHdC est aujourd'hui en plein chantier pour finaliser dans les temps sa nouvelle implantation sur le site des "Viviers" à Charleroi (Gilly). Dans le cadre de son futur emménagement – toujours annoncé pour juin 2024 –, les trois sites visés par la transaction immobilière, situés sur les communes de Charleroi et de Gerpinnes (Loverval), feront l'objet d'une reconversion complète dont la conception sera lancée sans tarder par les acquéreurs.

Trois d'un coup

"Les propriétaires historiques souhaitaient vraiment négocier la revente groupée des trois sites avec le même acquéreur."
Joël Polus
Directeur développement chez TP Bâtiment

Chez Thomas & Piron Bâtiment, Joël Polus, qui est à la manœuvre, se réjouit d'avoir emporté ce marché à haut potentiel au nez et à la barbe des autres candidats ayant répondu à cet appel de marché, dont Equilis, le concurrent local, et Aciers Grosjean, le voisin. Mais il se défend d'avoir fait la différence sur le seul montant offert.

Un point sur lequel insiste le propriétaire historique: "Il était crucial, pour nous, de pouvoir sélectionner un candidat prêt à s'engager dans un projet de requalification urbaine de qualité sur l'ensemble des trois sites. C'est avec cet objectif que s'est fait le choix de collaborer avec Thomas & Piron Bâtiment, pour assurer la reconversion de ces sites que nous avons exploités de nombreuses années à Charleroi", assure David van Drooghenbroeck, le directeur des Affaires Institutionnelles au sein du GHdC, un groupement à tendance chrétienne.

150-200
millions d'euros
C'est le budget global estimé pour financer la reconversion des trois sites hospitaliers acquis par Thomas & Piron

Le maître architecte carolo Georgios Maillis faisait d'ailleurs partie du jury de sélection des candidats au rachat des sites et lorgnera de près ce qu'ils deviendront demain. "Certaines parties des sites sont inscrites en zone bleue (naturelle) au Plan de secteur", précise encore Joël Polus. "Mais nous ferons tout, d'ici 2025, pour faire aboutir un projet mixte qui fera la part belle au logement neuf. Nous allons rapidement désigner, en concertation avec le maître architecte et le Fonctionnaire délégué, un urbaniste en charge du masterplan sur les sites urbains à reconvertir", ajoute-t-il tout en évaluant le budget global des travaux, à terme, entre 150 et 200 millions d'euros.

Des sites à haut potentiel de reconversion

Depuis le lancement à échelle nationale de la réforme des structures hospitalières, les concentrations, délocalisations et abandons de sites se multiplient. Le financement fédéral des nouvelles infrastructures, programmé par phases, est censé accélérer les décisions des pouvoirs organisateurs régionaux, condamnés à fusionner leurs services.

En juin dernier, c'est Helora qui devenait le premier réseau hospitalier wallon intégré en regroupant le pôle hospitalier Jolimont et les CHU Tivoli et Ambroise Paré. De ce côté également, les restructurations de sites hospitaliers existants n'avaient pas manqué de susciter l'intérêt des promoteurs immobiliers locaux.

Et pas plus tard que ce lundi soir, ce sont les futures infrastructures hospitalières imaginées en terre wavrienne par les responsables de la clinique Saint-Pierre d'Ottignies et le bureau d'architectes Assar qui étaient présentées à la population.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés