Un travailleur sur trois contrôlés dans le secteur de la construction est en infraction

©Photo News

En 2018, les services d’inspection sociale ont déjà contrôlé 1.885 entreprises dans le secteur de la construction. Des infractions ont été constatées chez un travailleur sur trois, et un sur quatre chez les indépendants.

Depuis le début de l'année, les services d’inspection sociale ont déjà contrôlé 1.885 entreprises dans le secteur de la construction, soit environ 70 % des 2.700 contrôles fixés pour toute l’année 2018. Cela représente 10 contrôles par jour contre le dumping social. Des infractions ont été constatées chez un travailleur sur trois, et un sur quatre chez les indépendants.

Le Secrétaire d‘Etat à la Lutte contre la fraude sociale Philippe De Backer a intensifié la lutte contre le dumping social en engageant des inspecteurs supplémentaires. Lui et le ministre-président wallon Willy Borsus ont communiqué les chiffres lors d’un contrôle sur le dumping social dans le secteur de la construction à Namur ce mardi matin.

Les services d’inspection sociale continuent leur travail malgré le congé du bâtiment. Cette année, sur les 3.042 travailleurs contrôlés, 1.075 étaient en infraction. Un quart des indépendants contrôlés n’étaient pas en ordre.

Travail au noir

Les services d’inspection ont surpris des travailleurs illégaux, mais ils ont surtout constaté du travail au noir et des irrégularités comme des attestations non valables ou le non-respect des règles sur le détachement, ce qui pourrait suggérer du dumping social.

"Jamais autant d’inspecteurs sociaux n'ont effectué des contrôles jour et nuit. La lutte contre la fraude sociale et le dumping social est plus intense que jamais. Et cela porte ses fruits. Le secteur de la construction revit et recrute à nouveau en Belgique", précise Philippe De Backer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content