Publicité
Publicité

Un vaste chantier du groupe Willemen placé sous scellés

Depuis samedi, le chantier Deltaview est placé sous scellés par l'auditorat du travail de Bruxelles (photo d'illustration). ©Photo News

Le chantier Deltaview, à Auderghem, mené par le groupe malinois Willemen, a été interrompu et placé sous scellés par l'auditorat du travail de Bruxelles, pour des soupçons de fraude sociale. Le travail reprendra ce mercredi.

L'auditorat du travail de Bruxelles a interrompu l'un des plus grands chantiers bruxellois, ce samedi, pour le placer sous scellés. Il s'agit du chantier "Deltaview", sur le site Delta Ouest, à Auderghem, entre le Chirec et l'ULB. Le projet résidentiel est mené par Willemen Real Estate, filiale du Groupe Willemen (Franki, Cosimco...), importante société immobilière malinoise menée par Johan Willemen, l'ancien président de la Confédération Construction. Ce projet prévoit notamment deux tours de 12 et 24 étages sur un socle de 6 étages. Le site accueillera des logements, une maison de repos, un hôtel, des kots étudiants et des espaces commerciaux, précise sa plaquette.

"Les éléments recueillis par le Contrôle des lois sociales posent la question de l’existence éventuelle de faits de trafic des êtres humains, de mise à disposition illégale et d’usage de faux documents à des fins de fraude sociale."
L'auditorat du travail de Bruxelles

Contacté, l'auditorat du travail de Bruxelles confirme un "contrôle non annoncé du chantier Deltaview", réalisé par le Contrôle des lois sociales et mettant en lumière un non-respect des règles régissant le travail du samedi. "Tenant compte des irrégularités constatées ce samedi sur le chantier Deltaview, ce dernier a été mis sous scellés. Le moment auquel les travaux pourront reprendre dépendra notamment des réponses que la société responsable du chantier fournira à l’auditorat", commente le premier substitut Fabrizio Antioco, pour qui la société devra payer une garantie avant de pouvoir relancer le chantier.

Chaîne de sous-traitance

L'auditorat précise que "des irrégularités sont apparues. Les éléments recueillis par le Contrôle des lois sociales posent la question de l’existence éventuelle de faits de trafic des êtres humains, de mise à disposition illégale et d’usage de faux documents à des fins de fraude sociale".

La chaîne de sous-traitance est un grand classique de la fraude sociale et du dumping.

Selon nos informations, il s'agirait une nouvelle fois d'une chaîne de sous-traitance avec, à sa tête, un grand nom belge de la construction. Le sous-traitant en question est d'origine portugaise. La chaîne de sous-traitance est un grand classique de la fraude sociale et du dumping, qui permet de diluer les responsabilités et complique la tâche des auditorats du travail. "Il est trop tôt pour dire si des poursuites correctionnelles seront intentées et, si oui, à charge de quelles entités ou / et à charge de quelles personnes physiques", précise Fabrizio Antioco. Contacté, le Groupe Willemen (850 millions de chiffre d'affaires et 2.400 collaborateurs, sans compter les sous-traitants) n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Il est à noter qu'en 2015, le groupe Willemen, par sa filiale Franki, s'était acquitté d'une transaction pénale de quelques dizaines de milliers d'euros pour des faits similaires liés à une fraude sociale, commis en 2014.

Mardi soir, l'auditorat du travail de Bruxelles a précisé que "suite au paiement d’une garantie et tenant compte du respect des conditions imposées par l’auditorat, les travaux sur le chantier Deltaview pourront reprendre demain mercredi 7 juillet 2021."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés