Wanty avale Ronveaux et crée un géant de la construction

Chritophe Wanty, CEO de Wanty. ©Thierry du Bois

Deux poids lourds du secteur de la construction et du génie civil wallon s’apprêtent à unir leurs destinées: le groupe Wanty va reprendre les Établissements Ronveaux pour former un leader à plus de 200 millions d'euros.

Le groupe Wanty va racheter Ronveaux. Pareille acquisition scellera le mariage de deux des principaux groupes wallons de construction industrielle. L’ensemble pèsera plus de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires pour un effectif de quelque 1.500 personnes. Et ses deux composantes s'annoncent très complémentaires.

Ronveaux ajoutera notamment ses compétences dans l’électricité (fibres optiques, éclairage, télécoms…) à la palette d’activités déjà très large de Wanty. Ce dernier opère dans des domaines aussi variés que la voirie et l’égouttage, la déconstruction, le démantèlement des centrales nucléaires, le génie civil, la gestion de déchets, l’exploitation de carrières et la production d’enrobés, la construction de bâtiments industriels et commerciaux, etc.

Emplois garantis

La Wallonie entreprend

Vous entreprenez? Vous avez des idées pour faire bouger les lignes? Rejoignez la communauté des entrepreneurs:

La newsletter hebdomadaire

- Le groupe LinkedIn

Découvrez aussi notre site dédié aux chefs d'entreprise wallons et l'ensemble de nos articles.

"L'expérience historique de Ronveaux dans ces secteurs d'activités en complément à celle lancée il y a trois ans chez Wanty nous permet de créer un pôle familial leader sur les marchés de l'électricité et des télécommunications en Wallonie", souligne Christophe Wanty, le CEO du repreneur, dans le communiqué diffusé ce midi. Le dirigeant y indique aussi que l'emploi sera garanti: l'ensemble des collaborateurs du groupe Ronveaux seront maintenus au sein du nouveau groupe.

La SRIW participe à l'opération sous la forme d'une entrée au capital. "Cette participation cadre parfaitement avec notre stratégie d'accompagnement de sociétés avec de belles perspectives de croissance", commente Sabine Colson, conseillère du holding public régional, en ajoutant que le deal "permet de créer un groupe wallon d'envergure internationale".

Quant à Françoise Belfroid, la CEO de Ronveaux, elle dit "se réjouir que le groupe familial wallon Wanty assure désormais la pérennité de la maison Ronveaux".

Un groupe à plus de 200 millions

©Frédéric Pauwels / Huma

En chiffres, Wanty emploie un millier de collaborateurs pour un chiffre d’affaires consolidé de 150 millions d’euros. Le groupe basé à Binche est constitué d’une vingtaine de sociétés. De son côté, Ronveaux a enregistré l’an dernier un chiffre d’affaires de 55,4 millions d’euros (société mère) et emploie environ 500 personnes. Établi à Ciney, il affiche, selon son site, pour 16,3 millions d’euros de fonds propres consolidés. Il travaille dans trois métiers, la construction (éléments préfabriqués en béton), l’électricité et la rénovation. A noter que la famille Belfroid gardera ses activités Rénovation et Electrobéton, qui ne feront donc pas partie de la transaction.

Les deux groupes ont conservé à ce jour leur dimension familiale: les Wanty sont aux manettes chez le premier, tandis que les Belfroid-Ronveaux pilotent le second. Wanty, qui est près de trois fois plus gros que Ronveaux en chiffres de ventes, a été fondé juste après la guerre, en 1946, tandis que sa cible peut revendiquer un historique plus profond, puisque ses origines remontent à 1923.

©Thierry du Bois


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect