Publicité
Publicité

Philae: 1 problème, 3 bonnes nouvelles

©REUTERS

Le robot Philae s'est posé mercredi sur la comète 67P/Tchourioumov-Guerassimenko ("Tchouri") où il doit procéder à une série d'expériences destinées à comprendre la formation du système solaire. Un succès à nuancer, puisque le robot devait s'ancrer à la surface à l'aide de harpons, mais le système ne s'est pas déployé.

Les premières données reçues après l'atterrissage sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko laissent supposer une situation pas tout à fait conforme à ce qui était prévu. Elles font également planer des doutes sur les capacités du robot à assurer pleinement la totalité de son programme scientifique.

1ère fois
C'est la première fois dans l'histoire de la conquête spatiale qu'un engin construit par l'homme se pose sur une comète. D'autres en avait déjà survolé pour prendre des photos.

Des fluctuations dans les signaux radio suggèrent soit que Philae a atterri dans une sorte de "bac à sable", soit qu'il a doucement rebondi sur la surface avant de se reposer une seconde fois.

"Donc, peut-être aujourd'hui, nous avons atterri deux fois", a lancé Stefan Ulamec, déclenchant les rires de l'assistance. En réalité, il s'agit même de trois atterrissages: "Les analyses magnétiques révèlent que Philae a effectué trois atterrissages à 15h33, 17h26 et 17h33 UTC" (ndlr: GMT), a annoncé l'Agence spatiale européenne:

Publicité

 

Hello! An update on life on #67P - Yesterday was exhausting! I actually performed 3 landings,15:33, 17:26 & 17:33 UTC. Stay tuned for more— Philae Lander (@Philae2014) 13 Novembre 2014

 

 

©EPA



"Nous savons que le robot a touché le sol de la comète. Nous avons reçu un signal très clair et nous avons aussi reçu des données de l'atterrisseur, notamment scientifiques. C'est la très bonne nouvelle", a-t-il souligné.

"La mauvaise nouvelle, c'est qu'apparemment ses harpons n'ont pas fonctionné et qu'il n'est pas ancré à la surface".

• Le problème: Si Philae n'était pas bien arrimé au sol, "ce serait embêtant pour certains instruments" a déclaré le chef de projet Rosetta au Centre national d'études spatial (CNES, en France), Philippe Gaudon, à Toulouse.

Le CNES a, lui, fait état de "trois bonnes nouvelles" pour Philae, dont le bon fonctionnement de son alimentation en énergie grâce à ses panneaux solaires, précisant qu'un "check up" du robot était en cours, en particulier sur le problème des harpons.

La mission du robot laboratoire Philae est notamment de faire des prélèvements qui donneront des informations sur les origines du système solaire, voire sur l'apparition de l'eau et de la vie sur Terre.

"Philae a passé la nuit sur la comète et nous avons eu trois bonnes nouvelles: la première, c'est que Philae est posé sur le noyau de la comète. Deuxièmement Philae reçoit de l'énergie, ses panneaux solaires sont allumés et lui permettent donc d'envisager un futur. Et troisièmement, nous sommes en contact permanent avec Philae puisque Philae émet et envoie des info à Rosetta et Rosetta nous les retransmet", a déclaré le président du CNES, Jean-Yves Le Gall sur Europe 1.

"La liaison radio fonctionne, on est en direct avec Philae", a-t-il ajouté.

La comète Tchouri émet un petit son étrange, capté par Philae. Ecoutez le ici.

Interrogé sur l'arrimage du robot sur le sol de la comète "Tchouri" et le fonctionnement des harpons, Le Gall a souligné que "l'information la plus importante, c'est qu'on est bien posé. Ensuite, on va voir ce qu'on fait sur les harpons. On est en train de faire une sorte de check up de Philae. On est en contact, c'est ça le plus important".

©EPA

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.