150 millions d'euros consacrés à de nouveaux satellites-espions

©EPA

La Défense belge participera au programme français de satellites-espions de nouvelle génération. Un budget de quelque 150 millions d'euros a été décidé.

La Belgique va consacrer au total près de 150 millions d'euros à sa participation au programme français de satellites-espions de nouvelle génération. Le premier des trois exemplaires doit être lancé avant la fin de cette année, a-t-on appris.

Le ministère de la Défense est déjà l'un des partenaires de l'actuelle famille de satellites de reconnaissance militaire Helios II, dont deux engins tournent en permanence autour de la Terre pour fournir 24 heures sur 24 des images de haute résolution. La précision exacte relève du secret militaire. L'armée française parlant de "quelques dizaines de centimètres" et de "largement submétrique".

Mais les deux satellites Helios II A et B, lancés respectivement le 12 décembre 2004 et le 18 décembre 2009, arriveront en fin de vie vers 2020. Paris a dès lors lancé un programme de remplacement baptisé CSO (Composante Spatiale Optique). Trois pays européens (Allemagne, Suède et Belgique) s'y sont associés pour financer, sous direction française, trois satellites plus performants, selon la Direction générale de l'Armement (DGA), qui dépend du ministère français des Armées.

La Belgique n'est pas en reste

En Belgique, la Politique scientifique (Belspo) a amorcé en 2013 la pompe des paiements pour concrétiser cette participation en versant 49 millions d'euros comme "ticket d'entrée" et afin d'obtenir des retours industriels. La Défense a enchaîné en décidant en septembre dernier d'investir 98 millions d'euros - 88 pour obtenir le droit de programmer de manière autonome les satellites afin d'obtenir durant douze ans des images exclusives et dix pour les travaux d'infrastructures, dont une nouvelle station-sol au centre satellitaire installé à Evere pour recueillir et traiter les images venues de l'espace, selon le cabinet du ministre de la Défense, Steven Vandeput.

Un tel investissement est inscrit dans la "Vision stratégique" préparée par le ministre et approuvée en juin 2016 par le gouvernement, qui dessine les contours de l'armée belge à l'horizon 2030. Ce plan prévoit le maintien d'une capacité du renseignement via l'imagerie satellitaire (ou IMINT pour "Imagery Intelligence").

En quoi consiste ce programme?

Le système CSO comprendra trois satellites optiques identiques pesant 3,5 tonnes, à lancer entre fin 2018 et 2021. Ils survoleront la Terre sur des orbites polaires d"altitude différente, pour répondre à une double mission: celle de reconnaissance menée depuis l'altitude de 800 km avec une identification remplie depuis l'altitude de 480 km. Il permettra d'atteindre "le plus haut niveau de résolution, de qualité d'image et de précision d'analyse", selon Paris.

Les images obtenues par la Belgique seront utilisées par la Défense, mais aussi par d'autres services fédéraux, comme le SPF Affaires étrangères et la police fédérale, selon le cabinet de Vandeput (N-VA).

Le programme CSO avait au départ été lancé sous le nom de Musis ("Multinational Space Based Imaging System"). Cette désignation est encore utilisée en France, mais plus dans le sens initial. Il s'agissait alors de fédérer plusieurs composantes spatiales européennes y compris de l'imagerie radar, comme celle fournie par les satellites allemands SAR-Lupe. Seule subsiste finalement la composante optique française - entre-temps élargie à trois satellites -, explique un spécialiste du dossier.

Côté financement?

Selon lui, la participation belge ne se fera pas sur le même modèle que Hélios, qui prévoyait que chaque pays participant reçoive des images au prorata de sa contribution financière. "Il s'agit ici d'acquérir des droits de programmation et d'une relation bilatérale (pour chaque partenaire). Nous serons (en Belgique) donc propriétaires de notre segment sol mais pas des images", a-t-il souligné.

Le maître d'œuvre du programme CSO est la DGA qui a donné délégation au Centre national d'Etudes spatiales (CNES) pour la réalisation du segment espace, dont le lancement et la recette en vol.

Airbus Defence and Space (ADS) France est chargé de la conception et de la réalisation des satellites, tandis que Thales Alenia Space France fournit l'instrument optique. ADS France est également maître d'œuvre des différents segments sol utilisateurs, sous la responsabilité contractuelle directe de la DGA.

Un retour industriel belge à concurrence du montant investi par Belspo - une cinquantaine de millions d'euros - a été réalisé par le CNES.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés