La Belgique moins présente sur la nouvelle fusée Ariane

Ariane 6 sera deux fois moins chère que la version d'Ariane 5. ©AFP

ArianeGroup a annoncé le début de la production d’Ariane 6, qui doit voler en 2020. La Belgique est moins présente sur le nouveau lanceur. C’est la Sabca qui est le principal perdant. En cause: une réorientation des investissements soutenus par la Belgique à l’ESA vers d’autres programmes spatiaux.

Trois ans et demi avant son vol inaugural, Ariane 6 prend forme: l’industriel ArianeGroup, coentreprise entre Airbus et Safran, a annoncé le début de la production du nouveau lanceur européen, qui doit permettre au Vieux Continent de faire face à la concurrence internationale.

Le premier vol d’Ariane 6 est prévu mi-2020, soit un peu plus de 6 ans après la décision de l’Europe spatiale de se doter d’un nouveau lanceur plus compétitif que l’actuelle Ariane 5. Cette dernière s’est largement imposée sur le marché des lanceurs commerciaux – notamment grâce à sa fiabilité – mais s’avère trop chère par rapport aux nouveaux constructeurs privés comme SpaceX.

Ariane 6 sera une fusée sans grande nouveauté technologique, mais deux fois moins chère que la version actuelle.

Pour mener à bien le programme, c’est toute la gouvernance de la filière spatiale européenne qui a été revue, avec la création d’une coentreprise, Airbus Safran Launchers, rebaptisée ArianeGroup. C’est cette dernière société qui a défini les caractéristiques de la nouvelle fusée (anciennement les Etats tranchaient) et restructuré les moyens de production. À l’arrivée, Ariane 6 sera une fusée sans grande nouveauté technologique, mais deux fois moins chère que la version actuelle.

Quelle place pour l'aérospatial belge?

Importants contributeurs à l’Europe spatiale, les Belges font à nouveau partie de l’aventure. Mais malheureusement, dans une moindre mesure que sur les Ariane précédentes.

-> La Sabca : Le constructeur, qui fournit notamment des éléments de structure pour Ariane 5 (des parties hautes et basses des fusées d’appoint ainsi que des dispositifs de fixation) a perdu la fabrication de tous ces équipements. Il ne lui reste plus que les systèmes d’actionnement des tuyères des différents moteurs (appelés "actuateurs").

À l’arrivée, c’est une baisse attendue de 30 à 35% du chiffre d’affaires sur l’activité spatiale qui se profile pour Sabca à court terme. Une diminution qui pourrait aller plus vite que prévu: quelque 18 Ariane 5 devaient encore être produites jusqu’à son retrait définitif du marché. Or, il se confirme que ce chiffre a été réduit à une dizaine d’unités: le lanceur actuel se vend de moins en moins bien, surtout qu’Arianespace, la société qui la commercialise, a déjà commencé à vendre Ariane 6.

Et pas question pour Sabca de compenser avec la hausse de cadence attendue avec les actuateurs. D’abord parce que rien n’indique que la future fusée se vendra aussi bien qu’annoncé. Et surtout, parce qu’ArianeGroup, le donneur d’ordre, a imposé de gros efforts sur les prix…

-> Safran Aeron Booster : La société qui construit des vannes souffre aussi de la compétitivité.

-> Thales Alenia Space qui fournir l'électronique est dans la même situation que Safran.

Pour ces deux dernières sociétés, l’activité spatiale devrait se maintenir à peu près au même niveau.

Pourquoi une telle situation? 

Sabca n’a pas péché par manque de réactivité. L’explication est ailleurs: lors de la dernière réunion ministérielle de l’Agence spatiale européenne (ESA), la Belgique a préféré investir davantage dans les programmes satellitaires plutôt que dans les lanceurs, activité ultra-dominée par les entreprises wallonnes. La loi du juste retour en Europe a fait le reste…

La Belgique dans Ariane

ThalesAleniaSpace (Charleroi)

Développement et production de la chaîne de sauvegarde du lanceur (un boitier qui décide si la fusée doit être détruite si celle-ci dévie de sa trajectoire.

Electronique de pilotage des systèmes d'actionnement des tuyères des différents moteurs d’Ariane 6 (propulseurs d’appoint à poudre, moteur réallumable Vinci et moteur principal Vulcain).

Safran Aero Boosters (Liège)

Vannes de régulation des fluides chauds et froids pour la propulsion  (moteurs Vulcain et Vinci) et étage supérieur de la fusée. Vingt équipements par lanceur.

Sabca (Bruxelles, Gosselies, Haren)

Systèmes d'actionnement des tuyères des différents éléments d’Ariane 6. Deux de ces systèmes, électromécaniques, permettent d'orienter la tuyère des propulseurs d’appoint à poudre et du nouveau moteur réallumable en vol Vinci. Le troisième actuateur, électro-hydraulique, est utilisé pour le moteur principal Vulcain.

ENGIE Axima Belgique

Participation à la construction du nouveau pas de tir au Centre spatial guyanais à Kourou. Un contrat porte sur la fourniture d’installations pour la ventilation et le refroidissement sur le pas de tir, un autre concerne l’installation de centres de traitement de l’air et la ventilation dans le nouveau bâtiment pour les propulseurs d’appoint.

Contrôle des processus

Centre spatial de Liège : surveillance du développement des éléments belges des moteurs. 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content