Coexpair s'intéresse à la production de matériaux composites biosourcés

Implantée dans le parc Ecolys près de Namur, Coexpair travaille avec Airbus et d'autres grands groupes aéronautiques. ©BELGA

La société wallonne spécialisée dans la conception de procédés de production d'éléments en composite pour l'aviation explore d'autres marchés. Elle travaille notamment sur la fabrication de matériaux biosourcés.

L'aviation et la construction aéronautique sont les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire. Positionnée sur ce créneau confronté à une véritable hémorragie d'emplois dans le monde, la pépite wallonne Coexpair arrive pourtant à maintenir le cap dans la tempête. Sa recette? La mise au point de procédés de fabrication très innovants - des machines d’injection et des moules - pour les matériaux composites, ainsi que la recherche de nouveaux débouchés en dehors de l'aéronautique. À contre-courant de la plupart des entreprises dans l'aérospatial, la société implantée dans le parc Ecolys, près de Namur, s'apprête même à doubler ses surfaces de production et de stockage.

Des fibres naturelles

Coexpair s'intéresse notamment depuis janvier aux matériaux biosourcés, c'est-à-dire des matériaux naturels, comme ceux issus de la biomasse végétale. "Cela a abouti à des premières ventes d'équipements, parce que notre technologie de pointe permet de mettre en œuvre d'autres types de matériaux. Il commence à y avoir un marché avec des composites à base de fibres naturelles, comme le lin ou le bois", explique André Bertin, le créateur et CEO de la société, qui parle de projets "confidentiels", dont il a réservé la primeur au ministre wallon de l'économie Willy Borsus, présent au sein de l'entreprise mardi.

"Notre technologie de pointe permet de mettre en œuvre d'autres types de matériaux."
André Bertin
Fondateur et CEO de Coexpair

"Craignant l'impact de la crise, nous nous sommes diversifiés dans d'autres secteurs que l'aéronautique", ajoute André Bertin. "Mais finalement, même sur notre créneau de base qui est l'aviation, nous nous en sommes bien sortis. On aura en 2020 à peu près le même chiffre d'affaires que l'année passée, à savoir entre 7 et 8 millions d'euros. On s'est juste stabilisé alors qu'on voulait grandir. Et l'année prochaine s'annonce plutôt bien", précise cet ancien ingénieur de la Sonaca, qui se réjouit même d'avoir pu ajouter deux ou trois personnes à la trentaine d'employés travaillant sur le site namurois.

Des projets avec Airbus

La PME est engagée dans des programmes de recherche, soutenus par la Région wallonne, avec le géant Airbus, qui a dévoilé il y a deux mois trois projets d'avion utilisant l'hydrogène.  Alors qu'il y a encore un an, les experts aéronautiques estimaient peu probable l’utilisation massive de l’hydrogène avant 2050 dans l'aviation commerciale, la crise du coronavirus et les préoccupations climatiques ont bouleversé ces prévisions. Le constructeur européen estime désormais que l'un de ses trois appareils propulsés à l'hydrogène entrerait en service en 2035. "Le futur d'Airbus, ce sont clairement les avions décarbonés", commente encore le patron de Coexpair. "Contrairement à beaucoup d'autres sociétés qui essaient de montrer à Airbus ce qu'elles savent faire, Airbus nous achète de la recherche et du développement. Nous développons pour eux des procédés de fabrication et des machines très innovantes. Nous gardons la propriété industrielle puisque ce sont nos brevets et nos procédés."

Airbus a dévoilé il y a deux mois trois projets d'avion utilisant l'hydrogène.

Parallèlement à cela, Coexpair, dont l'actionnariat reste entièrement privé (famille et amis), conserve des contrats sur des avions de la génération actuelle. L'une de ses plus belles réalisations en la matière est la livraison d'équipements de production pour l’usine écossaise du géant américain Spirit Aerosystems, qui fournit un nouvel aérofrein en composite pour l’Airbus A320.

7-8
millions d'euros
Le chiffre d'affaires de Coexpair en 2020 se situera, comme en 2019, entre 7 et 8 millions d'euros.

A côté des machines d’injection et des moules, Coexpair a même diversifié son activité avec le lancement, en juin dernier, de Coexpair Dynamics. Cette filiale, située sur le même site, fournira des robots qui déposent la fibre de carbone sur les moules.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés