Ignition! et Airbus font offre pour les drones de la Défense

Le drone de reconnaissance israélo-allemand Heron TP. ©AFP

Le géant aéronautique européen s’allie avec Ignition!, la coentreprise entre Sonaca et Sabena Aerospace, pour proposer à la Défense le drone Heron TP allemand. Et invite la Belgique à se joindre au programme de son successeur, l’EuroDrone.

Airbus s’invite dans le dossier de l’achat de nouveaux drones pour la Défense: le géant européen a écrit aux autorités belges pour leur proposer le drone de reconnaissance Heron TP israélo-allemand, ainsi qu’une participation au programme EuroDrone.

Pour étayer son dossier, Airbus s’est appuyé sur Ignition!, la coentreprise entre Sonaca et Sabena Aerospace, qui ont cosigné la lettre envoyée aux instances belges. Ignition! propose des services de maintenance pour les successeurs des F-16 et ambitionne d’être actif également au niveau de la formation des pilotes et des simulateurs. Sur le plan opérationnel, Airbus propose la création en Belgique "d’un centre de compétences et de vol pour les drones".

Mais l’avionneur européen voit encore plus loin: il propose qu’Airbus et Ignition! travaillent à l’avenir "ensemble pour fournir les services en Belgique et à l’étranger, en coopération avec l’industrie belge, afin de favoriser le développement de nouvelles compétences en Belgique grâce à la participation belge au programme EuroDrone".

Ce projet européen, qui devrait aboutir vers 2025, réunit quatre États (France, Allemagne, Espagne et Italie) via trois groupes industriels (Airbus, Dassault Aviation et Leonardo). La Belgique est membre observateur mais n’a encore pris aucune décision sur une participation entière.

Le projet EuroDrone est par ailleurs une des pièces importantes du programme Scaf (Système de combat aérien futur), qui comprend également un avion de combat de nouvelle génération. Une initiative franco-allemande que la Belgique est invitée à rallier si elle devait acquérir soit l’Eurofighter soit le Rafale pour remplacer ses F-16.

Quatre nouveaux drones

Afin de remplacer ses vieux drones B-Hunter, la Défense belge a prévu l’acquisition, pour 226 millions d’euros, de quatre nouveaux drones (2 systèmes) de type Male (Moyenne altitude longue endurance), susceptibles d’être armés. Le cabinet Vandeput a opté pour un achat sur étagère (sans appel d’offres), qui a poussé les militaires belges à s’intéresser de (très) près au SkyGuardian du constructeur américain General Atomics, une version du MQ-9 Reaper, le fer de lance des avions sans pilotes de l’US Air Force. Un dossier qui, dit-on, n’attend plus que le feu vert du gouvernement pour être bouclé.

La Défense prévoit également l’achat ultérieur (vers 2029) de 4 autres drones supplémentaires, dans le cadre d’un programme commun, de préférence européen. Les deux marchés sont estimés globalement à un demi-milliard d’euros, rien que pour la phase d’acquisition.

Ce que propose Airbus, c’est donc que la Belgique délaisse la piste du SkyGuardian américain pour se tourner dès maintenant vers une solution européenne basée sur le Heron TP.

Il s’agit d’un appareil israélien à l’origine (d’Israel Aerospace Industries, IAI), que le constructeur aéronautique européen adapte et certifie pour le compte du ministère de la Défense allemand.

Il serait livrable dans les délais prévus (en 2021) et est proposé "clé en main", avec plusieurs formules d’acquisition possibles (dont un leasing), dans le cadre d’un accord d’État à État avec Berlin.

Accord belgo-britannique sur l'eurofighter

Le groupe de défense et de sécurité britannique BAE Systems et les associations régionales regroupant les entreprises aéronautiques belges ont signé ce jeudi soir à Bruxelles un accord non exclusif de coopération qui fixe les modalités de la participation de l’industrie belge au programme de l’avion de combat Eurofighter en cas de choix de cet appareil pour succéder aux F-16 vieillissants.

Cet accord chapeaute en quelque sorte ceux déjà signés séparément par les industriels belges et les partenaires du consortium Eurofighter, rassemblant les trois principaux groupes européens du secteur  BAE Systems, Airbus Defence & Space et Leonardo.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content