Publicité

La Belgique va acheter des obusiers Caesar à la France

Monté sur camion, le Caesar se veut une alternative aux lourds et onéreux obusiers sur chenilles. ©AFP

Après les véhicules blindés à roues Griffon et Jaguar, la Composante Terre choisit à nouveau le français Nexter pour l'acquisition de neuf canons mobiles à longue portée "Caesar".

La Composante Terre de la Défense approfondit encore son partenariat avec la France. Vendredi, le conseil des ministres a discrètement donné son aval à l'achat de neuf systèmes d'artillerie français à longue portée Caesar de nouvelle génération (NG), des canons autopropulsés d'un calibre de 155 mm.

Le montant de l'achat n'a pas été précisé, mais la Vision stratégique approuvée en 2016  prévoyait une enveloppe de 48 millions d'euros pour une telle acquisition.  

Une alternative aux obusiers sur chenilles

Le "camion équipé d’un système d’artillerie" est un canon automoteur en service depuis la fin des années 2000 dans les forces armées françaises et qui a été exporté vers plusieurs pays, dont récemment la République tchèque.

40
kilomètres
Précis et manœuvrable, le Caesar affiche une portée de 40 kilomètres.

Monté sur camion, il se veut une alternative aux lourds et onéreux obusiers sur chenilles, que la Belgique a abandonnés après la fin de la guerre froide. Il est construit par le groupe d'armement français Nexter en deux versions (6X6 et 8X8) transportables par l'avion de transport A400M.

Précis, manœuvrable et d'une portée de 40 kilomètres, il a déjà subi l'épreuve du feu, notamment en Afghanistan et en Irak.

Un partenariat stratégique

Pour la Composante Terre, cet achat, qui va permettre de combler une lacune capacitaire, s'inscrit dans le partenariat stratégique conclu avec la France dans le cadre du programme CaMo (Capacité Motorisée). Celui-ci prévoit l'achat de 442 blindés à roues Griffon et Jaguar de conception française pour plus de 1,5 milliard.

La Défense a également choisi des entreprises françaises (Naval Group et ECA) pour le renouvellement de ses chasseurs de mines par six nouveaux navires plus performants.

Si la Belgique s'est tournée vers les États-Unis pour l'acquisition de 34 nouveaux avions de combat F-35, elle s'est, en revanche, très fortement engagée avec la France pour le renouvellement de ses équipements terrestres. Le projet CaMo va d'ailleurs au-delà du simple achat de véhicules, puisqu'il porte sur les doctrines d'emploi des matériels. Il s'inscrit dans la logique du programme français Scorpion, qui comprend un ensemble de systèmes d'armes permettant aux soldats d'échanger un maximum d'informations.

La Défense a également choisi des entreprises françaises (Naval Group et ECA) pour le renouvellement de ses chasseurs de mines par six nouveaux navires plus performants, un contrat évalué à environ 1,1 milliard d'euros.

L'achat d'obusiers est l’un des investissements majeurs que la Défense prévoyait de concrétiser en 2021. Cette lacune avait été épinglée dans le rapport des experts commandé par la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder, afin de contribuer à actualiser la Vision stratégique. Un autre dossier concerne la réactivation d'une capacité de défense aérienne tactique, un dossier moins avancé, selon plusieurs sources.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés