Les premiers F-35 arriveront chez nous en 2025

©AFP

Deux semaines après la décision du gouvernement Michel de choisir le F-35 pour remplacer les F-16 de l'armée belge, le ministre de la Défense a donné plus de détail sur l'agenda de livraison des appareils. Les premiers appareils arriveront en 2025 sur le sol belge et les derniers avions sont attendus pour 2030.

Steven Vandeput intervenait ce mercredi pour une dernière série de questions en commission de la Défense de la Chambre avant son départ du gouvernement fédéral pour devenir bourgmestre de Hasselt. Le ministre de la Défense a été interrogé par les députés de l'opposition Benoît Hellings (Ecolo) et Alain Top (sp.a) sur le calendrier de livraison des 34 F-35 commandés par la Belgique. Pour rappel, il s'agit d'un contrat à 5,84 milliards d'euros. 

Les députés ont quelque peu été surpris par les délais annoncés: les premiers chasseurs-bombardiers F-35 n'arriveront en Belgique qu'en 2025.

Les huit premiers exemplaires livrés seront en effet stationnés aux Etats-Unis pour la formation du personnel militaire belge, selon le ministre de la Défense, Steven Vandeput. Les quatre premiers F-35A (la version classique) seront livrés au quatrième trimestre 2023 et quatre autres seront produits dans le courant de 2024, a-t-il aussi précisé.

Ces huit appareils seront basés jusqu'en 2028 aux Etats-Unis, sur la base aérienne Luke (Arizona), qui abrite le 56th Fighter Wing de l'US Air Force, une unité dédiée à la conversion et à l'entraînement des pilotes et du personnel au sol des forces aériennes clientes du F-35 Lightning II, le chasseur furtif du groupe américain Lockheed Martin.

Dans le détail et selon les plans de l'état-major de la Défense, en plus des huit premiers exemplaires destinés à la formation, 22 appareils atterriront progressivement sur les bases belges. Quatre avions doivent être livrés annuellement de 2025 à 2027, cinq en 2028 et 2029 et les quatre derniers en 2030. 

Dassault renonce à proposer son Rafale au Canada

Dassault Aviation, fabricant du Rafale, s'est retiré de l'appel d'offres visant à fournir 88 nouveaux avions de combat au Canada, ont rapporté mardi trois sources au courant du dossier. Le groupe français, qui était un temps en lice pour fournir l'armée belge, n'est pas convaincu de pouvoir répondre aux exigences de sécurité requises par les Canadiens, ont précisé ces sources.

La France n'appartient pas à l'alliance des "Five eyes" (les "Cinq yeux") formée entre les services de renseignement des Etats-Unis, de l'Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni, ce qui aurait compliqué les opérations avec les forces américaines, ont ajouté les sources.

 

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés