Manipulations d'informations au sein de l'armée sur la prolongation des F16

©ANP

Il y a bel et bien eu des manipulations d'informations au sein de la hiérarchie de l'armée belge sur la prolongation des F16, selon la VRT qui dévoile ce mercredi des mails accablants.

Des personnalités de haut rang au sein de l'armée belge étaient au courant que les F16 belges pouvaient être utilisés plus longtemps que ce qui a avait été initialement annoncé, nouvelle étape dans l'affaire qui secoue depuis plusieurs jours le ministère de la Défense et son ministre de tutelle Steven Vandeput.

Au moins trois généraux sont impliqués, selon des e-mails que la VRT a dévoilés.

En 2016, un informateur au sein de l'armée qui a révélé les mails en question à la VRT a reçu les informations de Lockheed Martin comme quoi les F16 pouvaient être maintenus en service plus longtemps que les 8.000 heures prévues. Son supérieur hiérarchique à qui il transmet l'info lui demande de faire attention. "Tant que personne ne pense que les F-16 peuvent voler plus que 8000 heures. Fais très attention", écrit-il.

Des informations supplémentaires montrent que les F16 peuvent bel et bien rester en service sur une durée plus longue que celle initialement annoncée. Mais au moment où celles-ci doivent être présentées à un groupe d'officiers supérieurs, l'informateur reçoit de son supérieur l'ordre de "ne pas utiliser les slides" au sujet de la longévité plus grande des avions. "Ce n'est pas le bon moment. Le programme d'achat est entré dans une phase cruciale. Nous ne devons pas perturber ce moment sensible".

Des hauts gradés renoncent

Un certain nombre de hauts gradés au sein de l'armée potentiellement impliqués dans la non-transmission d'une étude sur les possibilités de prolonger l'activité des F-16 ont renoncé provisoirement à exercer leurs fonctions, a indiqué le général Marc Compernol, chef de la Défense.

"Aujourd'hui, en ma qualité de chef de la Défense, avec le ministre de la Défense Steven Vandeput, je me suis entretenu avec plusieurs personnes potentiellement impliquées dans la non-transmission de l'étude sur l'usure des métaux. Ces personnes ont proposé de se retirer de leurs fonctions le temps de l'enquête. Elles restent disponibles pour l'enquête. Le ministre et moi-même avons toute confiance dans le déroulement de l'enquête", a déclaré Compernol.

"J'espère que les enquêteurs pourront rapidement mettre au clair ce qui s'est passé".
Harold Van Pee

La Défense ne souhaite pas préciser l'identité ainsi que le nombre de militaires concernés. Le colonel Harold Van Pee a cependant confirmé à Belga qu'il en faisait partie. Celui qui était chargé du programme de remplacement des F-16 a précisé qu'il était "plutôt tranquille" par rapport aux conclusions de l'audit qui va être mené sur les raisons pour lesquelles des données de Lockheed Martin sur la prolongation de la durée de vie des avions de chasse n'ont pas été communiquées à Marc Compernol et Steven Vandeput. "J'espère que les enquêteurs pourront rapidement mettre au clair ce qui s'est passé".

Sur les ondes de la VRT notamment, le colonel Van Pee avait déjà confirmé ce mercredi matin qu'il avait reçu l'étude en question. Mais d'après lui, celle-ci n'apportait rien de neuf et ses conclusions étaient "surfaites". D'après le journal De Morgen, le chef de la composante Air Frederik Vansina ainsi que le général Luc Roelandts et le colonel Peter Letten ont également fait un pas de côté.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect