Un nouveau centre à Liège pour tester les moteurs des avions du futur

Le futur centre d’essais permettra de renforcer et de développer à Liège l'expertise aéronautique belge. ©rv

Safran Aero Boosters s'associe à la SRIW et à la SFPI pour construire un centre de tests pour les compresseurs des prochains moteurs d'avions civils et militaires.

Le motoriste liégeois Safran Aero Boosters (SAB) va construire à Liège, avec l'aide de la SRIW et de la SFPI, un centre d’avant-garde pour tester les compresseurs de l’aviation du futur, ont annoncé les trois acteurs ce vendredi matin.

L'ex-Techspace Aero s'est associé avec les holdings publics de la Région wallonne et du Fédéral pour créer une société appelée BeCOVER, qui sera chargée de la construction et de l’exploitation d’un centre d’essais aérodynamiques unique en Europe. Il sera capable de tester tous types de compresseurs pour les nouvelles générations de moteurs d’avions civils et militaires. L'investissement est de 50 millions d'euros. Les compresseurs basse pression sont la grande spécialité de SAB.

"BeCOVER proposera une offre d’essais unique en Europe, de par ses capacités techniques hors normes."
Safran Aero Boosters, SRIW et SFPI

Innovations de rupture

Implantées sur le site de Safran Aero Boosters à Milmort (Liège), ces nouvelles installations de plus de 3.000 m², permettront de valider des innovations de rupture pour relever les importants défis environnementaux du secteur aérien. Opérationnelles dès 2023, elles constitueront un véritable laboratoire au service du monde industriel, mais également des universités et des centres de recherche, ont indiqué les trois partenaires dans un communiqué.

"BeCOVER proposera une offre d’essais unique en Europe, de par ses capacités techniques hors normes, notamment un système de boucle d’air fermée, permettant de tester les turbomachines en conditions d’altitude et au sol", font-ils valoir.

Impact environnemental

Selon les trois partenaires, le centre d’essais permettra de renforcer et de développer à Liège, et plus largement en Wallonie et en Belgique, un savoir-faire indispensable au maintien de l’expertise belge dans le secteur de l’aérodynamique des compresseurs. Ces compétences, appliquées dans un premier temps au secteur de l’aéronautique, pourront être utilisées plus largement par d’autres secteurs, entre autres celui de l’énergie.

-50%
d'émissions de co2
Le secteur aéronautique s’est fixé un objectif de réduction des émissions de CO2 de 50% d’ici 2050.

La diminution de l’impact environnemental du trafic aérien (diminution des émissions de CO2, NOx, bruits, etc.) est un défi majeur pour le secteur aéronautique qui s’est fixé un objectif de réduction des émissions de CO2 de 50% d'ici à 2050 par rapport au niveau de 2005.

L’innovation technologique des grands donneurs d’ordre de l’aviation participera à remplir les carnets de commandes des nombreuses PME qui ont consacré des ressources importantes pour parvenir au niveau de rigueur nécessaire à ce secteur de pointe.

Chaîne de valeur

En 2020, au plus fort de la crise, le ministre de l’Économie Willy Borsus a, par ailleurs, mis sur pied un important Partenariat d’innovation technologique (P.I.T. "Wings") visant à soutenir la capacité d’innovation de l’ensemble de la chaîne de valeur wallonne et à maintenir les talents dans cette révolution technologique de l’aviation plus verte.

À cause de la pandémie et de la crise du 737MAX, les grands acteurs belges du secteur aéronautique ont enregistré de très gros reculs de leur chiffre d'affaires. Difficulté supplémentaire, il n'existe quasiment plus de grands nouveaux programmes d'avions civils.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés