"Un voyage uberAIR au prix d'UberX mais à 320 km/h"

©uber

A l’occasion du Web Summit, Jeff Holden, chief product officer d’Uber, a formalisé le partenariat du groupe américain avec la Nasa. Il a également annoncé qu'après Dallas, Los Angeles serait la deuxième ville américaine à accueillir des vols de démonstration d’uberAIR. Mais il faudra attendre 2020.

Pour la première fois depuis l’annonce en 2016 de son programme Uber Elevate, destiné à révolutionner le transport aérien urbain, Uber a montré au grand public du Web Summit sa vision d’uberAIR. Et si vous avez aimé Blade Runner et ses véhicules volants, vous allez aimer les taxis aériens d'Uber. 

Avec Uber Elevate, le groupe américain prône une forme de mobilité urbaine plus "friendly" et "totalement électrique". Son objectif est qu'utiliser uberAIR soit moins cher que de posséder sa propre voiture. "Au moment du lancement, nous offrirons un voyage uberAIR au prix d'UberX mais à 320 km/h", a même annoncé Jeff Holden. Après Dallas, les premiers tests de taxis volants à quatre personnes devraient avoir lieu à Los Angeles en 2020.

Uber AIR

Bien sûr, on ne révolutionne pas le transport aérien urbain sans s'adosser à des partenaires d'envergure. A commencer par la Nasa"La réalité, c'est qu'Uber a bien grandi en tant qu'entreprise", a déclaré Jeff Holden. "Nous ne pouvons plus travailler de la même manière, nous ne sommes plus une start-up, nous sommes une entreprise d'envergure mondiale". 

Uber a confirmé avoir signé un accord avec l'Administration nationale américaine de l'aéronautique et de l'espace pour le développement d'un logiciel de gestion des routes de ses futurs "taxis aériens". Le groupe affirme travailler dur pour rester dans les petits papiers des régulateurs. Selon Uber, il s'agit d'un premier contrat formel de services de la NASA couvrant l'espace aérien à basse altitude au lieu de l'espace extra-atmosphérique. 

Uber espère introduire son service de taxis volant intra-urbain à partir de 2023 et travaille pour cela en étroite collaboration avec les différents régulateurs aéronautiques aux États-Unis et en Europe pour obtenir les autorisations nécessaires. 

Pour construire ces fameux  aéronefs à décollage vertical et atterrissage horizontal, entièrement électriques, Uber s'est allié à plusieurs constructeurs aéronautiques, notamment Aurora Flight Sciences - récemment acquis par Boeing - mais également Embraer, Mooney, BellHélicoptère - une unité de Textron -, et Pipistrel Aircraft. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content