Fin de parcours pour la société de poker du fils de Bernard Tapie

©REUTERS

ISPT Holding, la société créée en Belgique par les Français Prosper Masquelier et Laurent Tapie pour exploiter un méga-tournoi de poker, vient d’être déclarée en faillite. Le mauvais timing du concept, lancé un peu tardivement par rapport à la vogue du poker en ligne qui venait d’amorcer son déclin, explique l’échec, selon le fils de Bernard Tapie.

La société belge utilisée par les Français Laurent Tapie et Prosper Masquelier pour organiser le tournoi de poker géant à Wembley en 2013 a fait faillite. Elle avait un nom assez explicite: 'International Stadium Poker Tour Holding' (ISPT), et avait été créée à Bruxelles en 2011 par Prosper Masquelier, un "serial entrepreneur" apparenté à la famille Partouche qui contrôle le groupe français de jeux et casinos Partouche.

La compagnie a été déclarée en faillite le 27 novembre dernier par le tribunal de commerce francophone de Bruxelles, sur assignation d’un ou de plusieurs créanciers. Désignée curatrice, Maître Lise Heilporn s’est refusée à émettre tout commentaire.

Prosper Masquelier et Laurent Tapie siégeaient au conseil d’administration de la société anonyme aux côtés de Bernard Tapie, père de Laurent. La société n’a plus publié de comptes annuels depuis quatre ans (les derniers publiés remontent à 2012), raison pour laquelle elle avait été radiée récemment de la Banque Carrefour des Entreprises.  

Un an après sa fondation, ISPT avait vu Laurent Tapie et son père rejoindre Prosper Masquelier. Laurent Tapie y était apparu via sa société GBT Events, également établie en Belgique. Alors que le fondateur y avait injecté pour 2,5 millions d’euros de capitaux propres, les Tapie y avaient versé un peu plus de 1,9 million.

Tournoi dans le Guinness Book

En fait, la société a lancé son concept dans un mauvais timing: le poker en ligne était en croissance forte jusque l’année 2012 incluse, mais a décliné à compter de 2013, l’année de lancement d’ISPT.
Laurent Tapie

Les animateurs d’ISPT avaient lancé un très ambitieux projet de tournoi de poker. Ils voulaient remplir les travées du stade de Wembley, à Londres, de milliers de joueurs pour se disputer, à l’issue de plusieurs jours de tournoi, un 'prize money' de 20 millions de dollars. Ils songeaient à une sorte de 'Super Bowl' du poker.

Finalement, au début juin 2013, ils ont réuni un peu plus de 380 participants à Wembley, qui ont joué pour un prix global d’un million d’euros. Des ambitions nettement revues à la baisse, ce qui n’avait pas empêché la prestigieuse organisation Guinness des Records d’enregistrer l’événement comme un record en termes de 'prize money'. Après cela, plus rien: ISPT n’a pour ainsi dire plus donné signe de vie, alors que ses actionnaires ont poursuivi leur carrière par ailleurs.

Mauvais timing

Laurent Tapie ©Photo News

La faillite d’ISPT est-elle due au relatif échec du tournoi de Wembley et à l’inactivité qui s’en est suivi? "Oui, c’est cela, nous répond Laurent Tapie. En fait, la société a lancé son concept dans un mauvais timing: le poker en ligne était en croissance forte jusque l’année 2012 incluse, mais a décliné à compter de 2013, l’année de lancement d’ISPT. Les ambitions étaient trop importantes pour un marché qui entamait son repli. ISPT n’a jamais fait d’autre édition du concept de tournoi géant dans les stades."

Prosper Masquelier, qui ne manque pas d’idées, a entre-temps créé en France Bravoloto, une application proposant une loterie gratuite, avec tirage tous les jours, financée par la publicité. Laurent Tapie, qui a élu domicile en Belgique voici quatre ans, selon lui non pas pour raisons fiscales mais pour protéger sa famille des retombées de l’enquête judiciaire sur son père, a continué d’animer le site de services BernardTapie.com (assurances, téléphone, crédits…).

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content