Kinepolis dit merci aux blockbusters et à ses cinémas étrangers

Le cinéma Kinepolis de Braine-l'Alleud. ©Kinepolis

Fort d'acquisitions réussies en Espagne et d'une programmation riche en blockbusters, Kinepolis a accueilli 17,7 millions de visiteurs sur le semestre écoulé, soit près de 4% de plus qu'en 2018. Dans le futur, le groupe entend bien poursuivre sa stratégie axée sur la "prémiumisation" de ses offres et sur la poursuite de son expansion internationale.

"Avengers: Endgame", "Captain Marvel", "Aladdin", "Dragon 3: Le monde caché" et "Dumbo". Tel est le top cinq des films ayant enregistré le plus grand nombre d'entrées dans les cinémas Kinepolis au premier semestre de cette année.

En chiffres, 17,7 millions de visiteurs ont été accueillis dans les quelque 97 cinémas opérés par l'entreprise belge à travers 8 pays, soit une hausse de 3,7% par rapport à l'an dernier. Une fréquentation en ligne avec les attentes des analystes de Degroof Pertercam, là où les analystes d'ING tablaient, eux, sur une fréquentation grimpant de 6,2% avec plus de 18 millions de visiteurs. 

Des chiffres positifs, surtout à l'étranger

Les raisons du succès? Un catalogue riche en superproductions, certes, mais aussi des acquisitions et des intégrations judicieuses d'enseignes étrangères au portefeuille de la société. Notamment les cinémas espagnols El Punt (2 complexes à Barcelone et Valence, soit 38 salles additionnelles), récemment repris, se sont avérés très populaires en cette première moitié d'année, permettant ainsi de compenser avec un second trimestre en légère baisse du côté canadien du portefeuille, tout comme en Belgique où la fréquentation des 11 cinémas sur la période a chuté de près de 10%. 

Ce recul sur le marché belge est dû, d'après l'entreprise, à un premier trimestre 2018 particulièrement exceptionnel causé, en partie, par les très bonnes performances en salles de trois films flamands, rendant ainsi la comparaison avec les chiffres de cette année difficile.

56,4
millions €
L'Ebitda du groupe s'élève à 56,4 millions d'euros contre 51 millions l'an passé (+10,6%).

Côté financier, la fréquentation à la hausse en cette année exempte de Coupe du Monde se traduit en un chiffre d'affaires s'élevant à 238,1 millions d'euros, soit une progression de 7,3% par rapport à 2018. Kinepolis dépasse là les attentes des analystes et corrige un premier trimestre au bilan plus mitigé.

L'Ebitda du groupe s'élève à 56,4 millions contre 51 millions l'an passé, ce qui représente une progression de près de 10,6% sur la même période. Le bénéfice net affiche 18,8 millions d'euros (0,7 euro par action), soit un léger recul par rapport à l'an passé (18,9 millions). Les analystes misaient ici sur un montant situé entre 20,6 et 22,8 millions d'euros. La faute à des amortissements plus élevés et à une hausse des coûts de financement du groupe, causés par l'implémentation d'une nouvelle norme comptable reclassifiant à l'actif les frais liés au leasing et aux locations (IFRS 16) et aux investissements du groupe.

Le groupe a également émis un emprunt obligataire à hauteur de 225 millions d'euros dans le but de "refinancer les investissements à long terme et fournir les moyens nécessaires pour le financement futur de la stratégie d'expansion", explique Eddy Duquenne, le CEO de Kinepolis Group. 

"Premiumisation" 

Les salles "4DX" proposent une expérience plus "immersive" (lunettes 3D, son et lumière, fumée et vibrations du siège). ©BELGA

Interrogé quant aux conséquences potentielles de la hausse de la concurrence des substituts au cinéma (Netflix, etc.) et à la baisse du pouvoir d'achat en cas de récession, Eddy Duquenne se veut rassurant, clamant: "Nous sommes la sortie la moins chère". Pourtant, au-delà de la fréquentation en hausse, Kinepolis se félicite aussi d'être parvenu à augmenter ses revenus collectés par visiteur. Les ventes de boissons et de nourriture, responsables de 28% du chiffre d'affaires du groupe, ont ainsi grimpé de 8,8% pour atteindre 67,4 millions d'euros contre 131,6 millions pour les ventes de tickets, elles aussi en hausse de 5,7% (55% des revenus totaux). 

En plus de proposer des espaces dédiés aux snacks et boissons toujours plus grands, Kinepolis entend bien poursuivre sa quête de l'offre d'expériences toujours plus spectaculaires, dans une politique de "prémiumisation". "Cosy seats", films projetés en 4DX et écrans "ScreenX" à 270 degrés (disponibles en Belgique dès décembre, à Anvers) continueront d'investir les salles des cinémas Kinepolis de par le monde, dans le but de multiplier les options disponibles pour les spectateurs, mais aussi, de proposer des tickets spéciaux, plus onéreux.

Eddy Duquenne s'est d'ailleurs félicité dans un communiqué des performances de ses cinémas: "La poursuite de la mise en œuvre de notre stratégie d’entreprise, qui repose sur une culture d'amélioration et d’innovation continue, nous a permis de perfectionner encore l'expérience client au premier semestre et donc, d'accroître le chiffre d'affaires et la rentabilité par visiteur."

Expansion muselée en Belgique

"Kinepolis est la seule entreprise au monde qui n'est pas autorisée à croître organiquement dans son propre pays."
Eddy Duquenne
CEO de Kinepolis Group

Cette stratégie, le CEO compte bien la poursuivre, particulièrement à l'étranger, où le groupe ne cesse de s'étendre. En ce qui concerne la Belgique, Kinepolis reste privé d'expansion par les conditions qui lui sont imposées par l'Autorité belge de la concurrence malgré son long combat pour qu'elles soient levées. Ces conditions, interdisant à l'entreprise de bâtir de nouveaux complexes ou de racheter un complexe concurrent sans l'accord de l'Autorité, causent l'exaspération d'Eddy Dequenne et le poussent à clamer: "Kinepolis est la seule entreprise au monde qui n'est pas autorisée à croître organiquement dans son propre pays."

Pour la suite, Kinepolis se veut optimiste et s'attend à réaliser un deuxième semestre "meilleur que l'an passé", grâce, entre autres, aux sorties du neuvième épisode de "Star Wars", à la suite du dessin animé "Frozen" et à pléthore de blockbusters hollywoodiens. La nouvelle adaptation du "Roi Lion" devrait, quant à elle, devenir le plus gros succès des cinémas Kinepolis de ces cinq dernières années, selon les estimation de son CFO. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect