La liégeoise Snel va imprimer l'album personnalisable du Chat

Philippe Geluck ©Photo News

Grâce à un investissement de 2,5 millions dans une rotative digitale, l’imprimerie liégeoise lance la BD personnalisable.

Joli coup marketing que vient de réaliser l’imprimerie liégeoise Snel. Elle a lancé une version personnalisable du 22e album du Chat de Philippe Geluck, "La rumba du Chat". Elle va imprimer quelque 5.000 albums (sur un tirage total de 280.000 exemplaires imprimés par le Français Pollina) que l’acheteur pourra personnaliser au nom de l’individu de son choix. Le facétieux félin citera nommément son lecteur trois fois: sur la page de grand titre, sur la dernière page et en page 30 où il commentera même sa photo.

7,7 millions €
Depuis 2016, Snel a investi 7,7 millions d’euros dans la modernisation de son outil, dont 2,5 pour la rotative digitale qui permet, entre autres, la personnalisation de l’album du Chat.

L’idée est venue de Roland Soubras, un des deux patrons de Snel, imprimerie qu’il a rachetée voici 25 ans avec son associé Stéphane de Beni. Une connaissance commune, la galeriste liégeoise Dany Liehrmann, l’a mis en contact avec Geluck. Flairant le bon coup, le père du Chat a relevé le défi. "On aurait pu personnaliser davantage mais d’une part l’album était déjà terminé quand on m’a fait cette proposition, en outre je voulais que créativement parlant, cela reste mon œuvre et pas celle du lecteur", plaisante Philippe Geluck, manifestement ravi. Et si le volume a été limité à 5.000 exemplaires, c’est pour éviter de se mettre à dos les libraires. Car la vente de cet album personnalisé se fera en ligne via une plateforme d’e-commerce développée par Snel. D’où un coût de 26 euros contre 11,95 euros pour l’album normal. Le tout livrable dans les dix jours.

Rotative digitale

Ce serait, paraît-il, une démarche inédite dans l’histoire de la BD. Elle a été rendue possible par la récente acquisition d’une rotative digitale jet d’encre haute qualité, une des premières en Europe. Un investissement de 2,5 millions qui suit un autre de 5 millions réalisé en 2016 dans l’impression à séchage LED UV.

"Ce nouvel investissement présente de nombreux avantages, souligne Roland Soubras. La diminution des frais fixes de démarrage pour la production de petites séries, la réduction de l’empreinte écologique des entreprises, qui ne produisent que ce dont elles ont besoin, et la personnalisation avec des données textes et images." Lors de la dernière rentrée des classes, Snel a imprimé 350.000 journaux de classe (pour l’enseignement libre notamment) dont une partie personnalisée suivant les desiderata des écoles.

"Avec le digital, les volumes sont moins importants, on imprime de manière plus personnalisée en fonction du comportement des consommateurs."
Roland Soubras
Un des deux patrons de Snel

Depuis la reprise de la société il y a un quart de siècle, quelque 25 millions ont été investis dans sa modernisation. "C’est indispensable vu l’évolution du marché, indique Roland Soubras. Avec le digital, les volumes sont moins importants, on imprime de manière plus personnalisée en fonction du comportement des consommateurs, on le voit dans le secteur des catalogues et des brochures."

Résultat: alors que son portefeuille de clients est en hausse, Snel a vu en 2018 ses revenus légèrement reculer à 12 millions d’euros pour un bénéfice de 605.000 euros (372.000 en 2017). Plus d’un quart est réalisé en France où l’imprimerie possède une filiale à Paris. Elle a aussi une structure commerciale en Flandre.

Employant 75 personnes, Snel a pour principaux marchés le livre pour enfant, les catalogues pour galeries d’art, des brochures pour des marques de luxe (Hermès, Veuve Clicquot…), des éditeurs universitaires et le scolaire. Avec ce paradoxe frustrant, selon Roland Soubras. "Nous n’imprimons par les journaux de classe de l’enseignement officiel de la Communauté française, ils sont imprimés en Flandre et en Pologne", relève-t-il. Gageons qu’il en aura glissé un mot à Pierre-Yves Jeholet, nouveau ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles présent lors de l’annonce du jour.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect