Le CEO de la VRT écarté par le gouvernement flamand

Paul Lembrechts avait le soutien du personnel. Avec son départ, les syndicats craignent que le plan social au sein de la VRT sera encore plus douloureux pour les travailleurs ©Dieter Telemans

Paul Lembrechts, le CEO de la VRT, a été évincé du média public flamand. Cette décision fait suite à plusieurs semaines de conflit au sein du groupe. Une question reste en suspens: le reste du comité exécutif le suivra-t-il vers la sortie?

Le CEO de la VRT, le groupe audiovisuel public flamand, doit partir. Selon les informations de nos confrères du Tijd, le gouvernement flamand a décidé d'évincer Paul Lembrechts. 

Lors d'une conférence de presse, le ministre flamand des Médias, Benjamin Dalle (CD&V), a annoncé que Leo Hellemans était désigné CEO par intérim de la VRT. Le gouvernement flamand entend installer le patron définitif d'ici l'été.

Plusieurs semaines de conflit

Cette décision tombe après plusieurs semaines de conflit au sommet de l'entreprise publique. Paul Lembrechts a demandé à deux reprises la démission de Peter Claes, le numéro deux et directeur Média et Production. Il l'accusait de comportement illégal et déloyal.

Le reste du comité exécutif a soutenu Paul Lembrechts dans sa démarche. Mais le conseil d'administration a refusé de licencier Peter Claes, ce qui a conduit à une impasse. Fin décembre, un médiateur a été nommé, mais cela n'a mené à rien.

La seule solution pour Paul Lembrechts était donc de partir. Selon le Tijd, la question est maintenant de savoir si le reste du comité exécutif, qui a soutenu le CEO, le suivra vers la sortie.

Il n'y a pas de crise à la VRT. Le média public fonctionne mieux que jamais. La seule crise qui existe est celle provoquée par le gouvernement flamand
ACV, VSOA et ACOD
Les syndicats en front commun

Le soutien du personnel

L'éviction du patron de la VRT ne réjouit pas les syndicats. Réunis en front commun, ils dénoncent une éviction "inadmissible". Le personnel de la VRT se mettra en grève pendant 24 heures le lundi 27 janvier. Les syndicats doivent toutefois encore déterminer quelles actions seront menées.

Un gestionnaire de crise doit maintenant entrer en jeu, mais pour les représentants du personnel, cela n'a aucun sens. "Il n'y a pas de crise à la VRT. Le média public fonctionne mieux que jamais. La seule crise qui existe est celle provoquée par le gouvernement flamand", scandent ACV, VSOA et ACOD, en cœur. 

"C'est regrettable", réagit l'ACV (chrétien). "Depuis le début, il est attaché à ce qu'il y ait un financement correct", explique Carlos Van Hoeymissen, représentant ACV à la VRT. Il rapporte que Paul Lembrechts avait le soutien du personnel. Il craint qu'avec son départ, le plan social au sein du média public soit encore plus douloureux pour les travailleurs.

Les syndicats attendent du nouveau CEO, Leo Hellemans, qu'il s'engage aussi fermement que Paul Lembrechts contre les mesures d'économies voulues par le gouvernement. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés