Viagogo privé de publicité par Google

Le site controversé n'apparaîtra plus en tête des résultats des recherches sur Google. ©Viagogo

Le site de revente de billets le plus controversé au monde n’apparaîtra plus en tête des résultats sur le moteur de recherche Google.

Sale temps pour le marché gris des billets. Sous le feu des critiques et sous la loupe des régulateurs depuis des années, Viagogo sera finalement victime de Google en premier. Le site controversé n'est, dès à présent, plus référencé en premier lors de chasses aux tickets via le moteur de recherche, et ce, dans le monde entier. 

Le site controversé reste listé sur Google mais il n'a plus accès au sommet de la page de résultats, réservé aux publicités payantes. ©Google

En guise de justificatif, Google a déclaré mercredi: "Lorsque que l'on utilise notre plateforme dans le but d'acheter des billets, nous voulons nous assurer de pouvoir proposer une solution digne de confiance." Jugé indigne de cette confiance donc, Viagogo, dont la spécialité est la revente en ligne de tickets d'événements (concerts, compétitions sportives, festivals), est accusé par de nombreuses associations de consommateurs à travers le monde de gonfler artificiellement les prix des billets figurant sur sa plateforme et de ne pas systématiquement en éliminer les faux.

L'étau se resserre

Se disant perplexe face à la décision de Google, Viagogo n'est probablement pas au bout de ses peines puisque, en parallèle, les actions légales intentées en son encontre s'accumulent. Entre autres, l'autorité de régulation de la concurrence du Royaume-Uni (CMA) a récemment pris le site britannique, basé en Suisse, pour cible, le menaçant de poursuites et d'amendes en cas de non respect de certaines contraintes (garanties à fournir aux acheteurs, avertissements relatifs à la validité des tickets à fournir, etc.).

La campagne "Fan pas gogo", menée par Prodiss, le syndicat français du spectacle et de la variété, vise à lutter contre les risques de la revente de billets en ligne. ©Prodiss

En outre, les pressions des syndicats d'artistes et d'associations dédiées à l'éradication de la revente frauduleuse de billets, dont FanFair (Royaume-Uni), APM (Espagne) ou Prodiss (France), ne sont pas étrangères à la décision prise par Google de barrer à Viagogo l'accès au référencement payant. Côté belge, Test-Achats avait assigné en justice le revendeur en ligne en 2017, suite au dépôt de 500 plaintes le concernant.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect