Assouplissement des règles pour les événements

Pour autant qu'ils soient pris en charge par des professionnels, comme des traiteurs, les événements pourront accueillir plus de monde. ©ANP

Pour autant que les protocoles sanitaires soient respectés et en fonction de la capacité des lieux, les événements pris en charge par des professionnels pourront accueillir plus de personnes.

Le Conseil national de sécurité a décidé d’assouplir les règles pour le nombre de personnes assistant à des événements organisés de manière professionnelle, c’est-à-dire pris en charge par un traiteur, une société spécialisée, etc. Pour les événements organisés sans encadrement professionnel, la limite reste fixée à 10 personnes et les soirées dansantes demeurent interdites.

Comme au restaurant ou au cinéma, le nombre d’invités dépendra de la capacité des lieux. Jusqu’à 200 personnes pourront être accueillies à l’intérieur et 400 à l’extérieur. A priori, ceci concerne tout type d’événement qu’il soit professionnel ou à caractère privé et familial. "Ils devront cependant respecter les protocoles de sécurité de l’horeca, ainsi le masque sera de rigueur sauf à table", indique Bruno Schaubroeck, porte-parole secteur événementiel. "Nous sommes très heureux que notre secteur gagne la confiance du gouvernement", déclare Cynthia De Clercq, porte-parole de HL Belgique, une organisation qui représente certains prestataires de mariage, interrogée par Belga.

Foires et salons

Rappelons que le secteur des foires et salons avait négocié cet été un accord avec le gouvernement au terme duquel, dès le 1er septembre, il pouvait à nouveau organiser des manifestations pour autant qu’elles respectent les mêmes règles que celles en vigueur dans le commerce: port du masque, fléchage, un visiteur par 10 m², paiement électronique, digitalisation des cartes de visite, etc. "Ces mesures sont appréciées des visiteurs car au terme de ces salons, nous recueillons de meilleures notes d’appréciation qu’avant", note Eric Everard, patron d’Easyfairs, le leader du marché. 

Satisfaction générale

Du côté des fédérations patronales, l’heure est à la satisfaction également.  "L’appel de l'UCM et des fédérations professionnelles, 'laissez-nous travailler', a été entendu. L'activité économique peut se poursuivre dans le respect des mesures sanitaires et avec des restrictions assouplies pour une partie du secteur événementiel", indique l'UCM. L'organisation des indépendants relève cependant que les forains ainsi que les acteurs de la culture et de l'événementiel restent dans l'attente d'un cadre qui leur permette de fonctionner. La FEB souligne elle aussi la recherche d'équilibre entre le respect des règles sanitaires et l’urgence "d'un plan de relance et d'un gouvernement de plein exercice capable de conjurer la crise des faillites". En Flandre, le Voka estime que les possibilités offertes aux organisateurs d'événements constituent un pas dans la bonne direction.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés