Basic-Fit envahit la France pour se muscler davantage

©ANP

Basic-Fit veut installer ses tapis roulants et ses vélos à suer dans 600 à 800 nouveaux emplacements en France. KBC Securities fait le point sur cette action qu'elle recommande à l'achat.

Ces dernières années, les Basic-Fit ont envahi notre paysage comme autant de lumignons - 167 clubs en 2017 - nous rappelant que garder la forme, c’est essentiel. Et qu’avec un abonnement à 19,99 euros par mois, c’est désormais à la portée du plus grand nombre. 

Cette stratégie "low-cost" a permis au groupe néerlandais d’essaimer à travers l’Europe et de compter 521 clubs répartis en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg, en France et en Espagne. L’an dernier, Basic-Fit a attiré 310.000 nouveaux membres portant le total à 1,52 million de clients.

Vers les 4 millions de membres

Pour Alan Vandenberghe, analyste chez KBC Securities, l’appétit de cette société cotée sur Euronext Amsterdam depuis juin 2016 est loin d’être rassasié. "Basic-Fit est une entreprise de croissance dans un marché en pleine expansion" résume-t-il dans une note fouillée sur la valeur.

En Europe, l’industrie du fitness a affiché un taux de croissance moyen entre 2014 et 2017 de 3,7% et pesait, l’an dernier, 26,6 milliards d’euros avec 60 millions de membres. L’analyste estime que, pour sa part, Basic-Fit pourrait connaître une progression annuelle de ses membres et de ses revenus de respectivement 14% et 15% entre 2017 et 2025. Cette année-là, la base clients pourrait donc atteindre 4,26 millions de membres et le chiffre d’affaires atteindre le milliard d’euros contre 326 millions l'an dernier.

Marges élevées

Objectifs de cours entre 11 euros et 35 euros

Parmi les onze analystes financiers recensés par Bloomberg couvrant Basic-Fit, Alan Vandenberghe de KBC (lire ci-contre) est le plus positif sur la valeur avec un objectif de cours de 35 euros. L’objectif de cours moyen s’élève à 26,6 euros pour un cours actuel de 28,20 euros. Huit brokers recommandent un achat du titre alors que deux autres conseillent de la conserver et un troisième de la vendre. Il s’agit de Kempen dont l’objectif de cours est limité à …11 euros.

 

De plus, malgré son positionnement sur le segment "low-cost", Basic-Fit réussit a dégager des marges élevées grâce à des revenus complémentaires et à la part croissante des clubs arrivés à maturité. La direction travaille aussi au niveau des coûts. Aujourd’hui, un club emploie 2,8 équivalents temps plein contre 3,2 en 2015. D’après les calculs de l'analyste, la marge d’Ebitda pourrait dès lors passer de 29,7% en 2017 à 38,4% en 2025.

De grandes ambitions en France

Alan Vandenberghe a identifié trois moteurs de croissance qui devraient muscler le groupe. Le spécialiste de la gym à bon marché estime qu’il pourrait ouvrir entre 600 et 800 clubs en France qui est le pays affichant la plus forte croissance en termes de membres. "En ouvrant 105 clubs par an, nous voyons le nombre total de ceux-ci s’élever à 1.348 en 2025", écrit l'analyste. "Alors qu’aujourd’hui, la contribution de la France aux revenus du groupe est limitée à 20% elle pourrait passer à 63% en 2025". Précisons ici que les coûts de construction d’un nouveau club s’élèvent en moyenne à 1,15 million d’euros et que Basic-Fit ne possède aucun de ceux-ci. A côté de la croissance organique, le groupe dispose de suffisamment de ressources pour réaliser une éventuelle acquisition.

Le deuxième moteur est la maturité des clubs qui dope la profitabilité. Après trois mois, on atteint l’équilibre avec 1.500 membres. La maturité est atteinte après 24 mois avec entre 3.170 et 3.660 membres. Ceux-ci restent clients pendant 22 à 23 mois en moyenne. La chaîne va devoir accomplir des efforts pour les conserver ou les faire revenir, note le spécialiste qui souligne que devant l’éclosion d’autres chaînes à bas prix il va devenir difficile pour Basic-Fit d’attirer suffisamment de nouveaux membres.

Les risques

Enfin, afin de contrer les effets de l’inflation et des coûts tout en maintenant un prix inférieur à 20 euros, le groupe batave tente d’accroître le rendement par client en offrant des services complémentaires payants comme Yanga Sports Water et Pro Coach. Il permet aussi, avec sa formule "Duo" introduite en France l’an dernier, d’inviter un ami moyennant un coût mensuel de 10 euros par mois.

Naturellement, dans ce tableau idyllique, les risques ne sont pas absents. Basic-Fit sera-t-il capable d’ouvrir suffisamment de nouveaux clubs? Pourra-t-il attirer ou conserver plus longtemps ses clients? Les nouveaux services proposés convaincront-ils sur le long terme? Une chose est sûre, les équipes de Basic-Fit n’ont pas fini de mouiller leur maillot.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content