Decathlon battu par un athlon grec

©Kristof Vadino

Ce n'est pas un remake de Leonidas contre Xerxès et les Perses, mais un petit Grec vient de... faire plier un géant français.

De l'inconvénient de choisir un nom de marque trop courant... Le groupe français de distribution de sport Decathlon avait choisi d'en découdre avec un concurrent grec. Objet du litige? La marque "Athlon" que ce dernier entendait exploiter sur le marché européen dans le créneau des vêtements de sport.

Decathlon risque d'en perdre son latin. Et voit l'espoir de contrer Athlon renvoyé aux calendes grecques.

Pour Decathlon, il ne pouvait en être question, le risque de confusion dans le chef des consommateurs était trop grand. L'affaire avait été jugée une première fois à l'avantage du Français, mais les Grecs s'étaient pourvus en appel. Ceux-ci avaient gagné devant la chambre de recours de l'Office de l'UE pour la propriété intellectuelle (EUIPO). Decathlon avait toutefois poursuivi le combat en portant le différend devant le tribunal (Cour de justice européenne). Mal lui en a pris car ce dernier a donné raison aux Grecs.

Le Tribunal a relevé que la partie similaire des deux marques, l'élément verbal "athlon", renvoie à un mot du grec ancien signifiant "compétition". Un mot usuel et peu distinctif. Il ne peut dès lors" être perçu comme l'indication d'une origine commerciale" car trop commun. Les juges ont aussi tiqué sur le fait que Decathlon est une marque coupole, sous laquelle le groupe exploite des produits spécifiques sous d'autres marques, comme Kalenji: la marque Decathlon porte plus sur ses services de distribution que sur les produits sportifs comparables à ceux d'Athlon.

Decathlon risque d'en perdre son latin. Et voit l'espoir de contrer Athlon renvoyé aux calendes grecques. En soi, "Décathlon" est aussi peu distinctif, mais ceci est une autre épopée...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés