Ergon tourne la page Keesing

Leader européen des revues de jeux cérébraux, Keesing pèse plus de 100 millions de magazines publiés. ©BELGAIMAGE

Ergon, le fonds de private equity né dans le giron de GBL, et Mediahuis sortent du capital de Keesing, le leader européen des revues de jeux cérébraux.

Alors que l'on apprenait la recherche d'un repreneur fin de l'été dernier, l'opération est désormais clôturée. Ergon, le fonds de private equity né dans le giron de GBL , vient de céder, en effet, sa place dans le capital de Keesing au fonds d'investissement spécialisé dans le rachat par emprunt (LBO) de sociétés européennes BC Partners.

Montant de l'opération? Probablement plusieurs centaines de millions d'euros, même si le prix de vente officiel n'a pas filtré. Le montant de 350 millions d'euros circule en coulisse.

350
millions d'euros
La vente de leur participation devrait rapporter quelque 350 millions d'euros à Ergon et Mediahuis.

Cette sortie clôture donc l'aventure pour Ergon. Le fonds avait pris une participation de 70% dans le leader européen des revues de jeux cérébraux (mots croisés, mots fléchés, sudokus,...) à la mi-2017. De quoi valoriser alors la société à quelque 150 millions d'euros, soit environ 7 fois son excédent brut d'exploitation (ebitda) de l'année précédente.

Telegraaf Media Groep (TMG), propriétaire de la société à l'époque, était resté à bord (30%). Mais cette fois, la filiale de Mediahuis devrait, elle aussi, se délester de sa participation, entend-on. Le management, par contre, ayant entre-temps repris 10% du capital à Ergon, devrait, lui, réinvestir dans la nouvelle construction.

Travail accompli

C'est le sentiment du travail accompli qui a motivé la vente du côté d'Ergon. Et pour cause: trois ans après son entrée, le fonds de private equity peut se targuer d'une forte croissance, et ce, même en temps de crise, de ce qui a jusqu'ici constitué l'une des belles pièces de son portefeuille.

156
millions d'euros
Le chiffre d'affaires de Keesing a bondi de 73 millions d'euros en 2016 à 156 en 2019.

La politique soutenue d'acquisitions ayant été insufflée y est évidemment pour quelque chose, avec un chiffre d'affaires atteignant les 156 millions d'euros en 2019, contre 73 millions d'euros en 2016. Le moment était donc désormais venu de plier bagage. ING et la banque d'affaires DC Advisory avaient été mandatées pour gérer le processus de vente initié par Ergon.

Keesing vise cette année un excédent brut d'exploitation au-delà des 40 millions d'euros, contre 33 millions encore l'an dernier, et ce, grâce à plus de 100 millions de magazines publiés, contre 86 lorsqu'Ergon était entré au capital.

La société est aujourd'hui présent dans 40 pays (principalement européens). Parmi ses marques les plus réputées, l'on peut citer notamment SportCérébral ou encore Denksport.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés